Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:39

ciseaux -michakaRésumé

 

«Jour après jour, j'entends dire qu'on ne vit pas dans un monde de certitudes. Qu'il n'y a de certain que l'amour, tant qu'il dure, la famille, tant qu'elle se maintient, les amis quand ils sont de passage. Autant dire, tout cela n'est pas plus sûr que le reste. Alors quoi ? Est-ce qu'on doit se passer de certitudes ? Est-ce qu'on peut tenir longtemps, sans un ou deux cailloux dans le creux de la main ?

Je crois que dans mes nouvelles je n'ai jamais parlé d'autre chose.

Je m'appelle Raymond. Je suis écrivain.

Enfin, j'espère le devenir.»

Ravmond Carver, Maryann Burk-Carver, Gordon Lish et la poétesse Tess Gallagher qui attend son heure en coulisses... Ciseaux est leur roman. Stéphane Michaka, l'auteur de La Fille de Carnegie (Rivages Noir n° 700), s'empare du mythe et fait revivre, au-delà de la rivalité entre un écrivain et son éditeur, la passion amoureuse qui lie un homme et une femme déterminés à s'inventer un destin.

 

wpe106

wpe106

wpe106

wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Au jour d'aujourd'hui, ce livre est mon roman préféré de cette rentrée littéraire 2012. Stéphane nous plonge dans la vie de Raymond Carver, un écrivain que je ne connaissais pas à la base. C'est une courte critique, celles que l'on trouve dans les magasines publiés à la rentrée littéraires dans les grandes librairies, qui a attiré mon attention. C'est l'heureux hasard de le trouver chez un bouquiniste (Le rêve de l'escalier à Rouen) qui m'a permis de le lire.

    Le récit se fait de différents points de vue : celui de Raymond lui-même, de Marianne (sa femme), de Douglas (son éditeur, dit "ciseaux"), et enfin de Joanne (celle qui sera sa nouvelle femme). Le roman est d'autant plus riche. Ses différents points de vues sont prétextes à illustrer son rapport aux femmes, à l'alcool, à l'écriture et surtout avec son éditeur Douglas, dit "ciseaux".

    Ce que j'ai apprécié, c'est l'introduction de nouvelles au sein du roman, des nouvelles qui font écho à la vie de Raymond, puisque celui-ci s'en inspire directement. J'imagine que ces nouvelles sont celles de Raymond Carver (pas le personnage, mais le vrai), mais je n'en suis pas sûre (si vous le savez, éclairez-moi).

     Par ailleurs, j'ai trouvé chacun des personnages très attachants. L'auteur met en avant leurs fêlures : pour Raymond son principal et vieux démon est l'alcool dont il n'arrive pas à se débarasser enfin jusqu'à ce que ... mais je n'en dis pas plus, si ce n'est que cela impact son écriture. Pour Mariane, c'est l'abandon de ses rêves, de ses ambitions pour maintenir à flot les finances de la famille. Très vite mère et mariée, sa vie s'en est trouvé chamboulée. Douglas, un éditeur exigeant, qui découpe au ciseaux les textes qu'on lui soumet, ne semble vivre que par son travail (sa femme le quitte à cause de son travail). Sa relation avec Raymond va être souvent conflictuelle (Raymond a du mal à accepter l'amputation de ses textes), mais au fond Douglas ressentait une certaine amitié pour son auteur. Et enfin, le personnage de Joanne, poétesse qui attend son heure, d'abord maîtresse puis compagne de Raymond. Avec elle, il retrouve une certaine stabilité et arrête définitivement de boire. Je n'ai aps pu m'empêcher de ressentir de la pitié pour Marianne, cette femme qui a connu, encouragé le Raymond du début, celui qui n'était pas encore célèbre, et qui se retrouve rejeté en quelque sorte.

     Bref, l'histoire et l'écriture de Stéphane Michaka m'ont emportée. Un livre A LIRE, c'est certain.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires