Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 13:50

Dolfi et MarilynRésumé

 

Paris, 2060.

Après le clonage des êtres vivants, la loi autorise celui des personnes mortes depuis au moins soixante-dix ans.

Et si l'un des clones d'Adolf Hitler avait été gagné à la tombola, par un gamin et son père, spécialiste de l'Histoire du XXe siècle ? Et si ce Dolfi paisible s'était échappé ? Et si le passé revenait ? Et si un homme seul pouvait empêcher le pire ?

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Lorsque j'ai vu la couverture et lu le résumé de ce livre, j'ai été totalement intriguée. Je me suis donc empressée de le commencer. Il faut dire que l'histoire est pour le moins atypique. Ce livre est sorti en janvier dernier et je n'ai pas l'impression qu'il ait eu beaucoup de presse, mais je vous invite fortement à le découvrir. Ce livre est (sur)prenant.

     Pour vous mettre en situation. L'histoire se déroule à Paris, en 2060. Cloner est chose courante, mais pas n'importe qui ou n'importe comment (des réglementations ont été établies), surtout lorsqu'il s'agit de personnages historiques. Mais lorsque des personnes décident de cloner Adolf Hitler, en série limité, très vite des questions éthiques se posent. Certains clones sont alors victimes de torture ou tués (hors tuer un clone est puni par la loi, au même titre que celui de tuer un homme). Rappelé par le fabricant, il en demeure pourtant un dans la nature qui réapparait de manière surprenante et inattendu pour son futur propriétaire.

Ainsi lorsque Tycho Mercier, professeur d’Histoire à la Sorbonne, et narrateur de ce livre, rentre chez lui et trouve, assis dans son fauteuil, le clone d’Adolphe Hitler, un mélange de sentiments le traversent : l'étonnement, mais surtout la colère contre son ex-femme qui a gagné ce lot étrange dans une tombola d'un supermarché et l'a donné à leur fils. Mais voilà en tant que professeur d'Histoire spécialiste du XXe siècle, avoir une copie d'Hitler dans son salon à de quoi susciter la curiosité. Sa moustache rasé (certainement par un employé du supermarché), mais sa mèche toujours présente, il n'en est pas moins reconnaissable. Ce cadeau fait le bonheur de son fils, qui voue une étrange passion pour la Seconde guerre mondiale (causé par celle du père bien sûr). Lui veut le garder, mais pour son père hors de question vu les risques encouru s'il se fait prendre. Dès lors il s'agit pour lui de s'en débarasser...

      Le personnage de Tycho Mercier est très intéressant. Il se trouve tiraillé entre son intérêt, sa curiosité pour A.H.6, le clone d'Hitler, et la crainte de subir des poursuites judiciaires. Dans un premier temps, un malaise plane quant à sa présence et l'idée de se servir du clone ne lui plaît pas. Après diverses démarches infructueuses, il se voit obligé de la garder sous son toit. C'est alors qu'il commence à lui confier de basses tâches : peindre un mur, tondre la pelouse, tailler la haie. Hitler transformé en une sorte d'esclave. Car que sont ces clones et à quoi servent-ils finalement auprès des hommes, sinon à cela, les servir. Voilà Hitler, rebaptisé Dolfi, réduit à l'état de sous-homme. Sa curiosité d'historien va aussi se matérialiser par des questions pour déterminer s'il a conscience d'être un clone et de qui il est le clone. En bref, Tycho est face à un problème qu'il ne sait pas comment résoudre, hésite sans cesse sur le comportement à adopter et cette hésitation va l'entrainer dans une suite d'évènement qu'il ne va pas contrôler.

     Rebondissement dans l'histoire quand la Marilyn de Bassompière (voisin de Tycho), objet de fantasmes de ce dernier, débarque chez lui perdue. Homme au grand coeur, le voilà avec un deuxième clone sur les bras, mais un clone illégale. Double infraction pour notre narrateur qui s'enfonce inexorablement. La menace d'une arrestation, d'une dénonciation se fait plus pressante, et pourtant quand celle-ci arrive, elle nous tombe dessus brusquement. L'auteur nous installe dans le quotidien de Tycho et fait tout voler en éclat sans ménagement.

     Les clones en fuite, Tycho retrouve sa vie d'avant et s'en sort plutôt bien avec la justice. Mais son aventure avec les clones et loin d'être finie. Leur sort l'intrigue. Sont-ils morts ? Se cachent-ils toujours, mais où ? Grâce à un médecin de son quartier, il va retrouver la trace de Marilyn et immanquablement celle d'A.H.6. Dans cette seconde partie, l'auteur nous réserve un tas de surprises et de révélations sur le couple improbable Dolfi/Marilyn. La dynamique est tout autre et là nous auront notre réponse à la question : et si le passé revenait ? Cloner un tel personnage, s'il attise les haines, peut aussi raviver certaines croyances idéologiques. Ainsi le clone innocent de tout péché, hormis celui d'être le clone de Hitler, se retrouve piégé par son apparence. Le fait même de l'appeler Dolfi souligne tout de même l'innocence du clone. Fidèle à lui-même, Tycho se retrouve témoin d'un retour en arrière, bien malgré lui à cause de sa curiosité une fois. Son hésitation le perd encore et le voilà un mauvaise posture. Cette dernière partie m'a laissée bouche bée, je ne m'attendais pas à ce que l'histoire prenne de telle proportion.

     Voilà un roman que je n'oublierais pas de sitôt. Tour à tour drôle (lorsqu'on imagine Dolfi tailler les haies, boire innocemment son chocolat chaud, lorsque Marylin débarque à son tout), et réflexif (lorsqu'il est question d'éthique et d'humanité dans le rapport de l'homme au clone), ce livre est à la frontière de la science-fiction. Découvrez vite ce premier roman de François Saintonge (pseudonyme), un roman original pour cette rentrée littéraire d'hiver.

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires

early signs of pregnancy 10/09/2014 13:42

I have read the translated version of the book, By turns funny. As the name suggests, it is a very funny book to read. It seems like a boring story at the starting, but as the story progresses, hilarious events accompany the tale.