Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 15:06

dome.jpg

Résumé :

 

Chester Mill, une petite ville située dans le Maine, est brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible, vite appelé le Dôme. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme invisible, ni d’où il vient. Après quelques tentatives infructueuses pour le briser, l’armée semble impuissante tandis que la situation de Chester Mill devient quelque peu tendu. Big Jim Rennie, un politicien ambitieux et manipulateur, profite de la situation et voit les bénéfices qu’il peut en tirer, lui qui a toujours rêvé de diriger la ville. Un nouvel ordre, une sorte de dictature par la terreur, s’installe. Mais une résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot en ville, promu à la tête de la ville par le président.

wpe106wpe106wpe106

Avis de lecture :

 

    Comme l’auteur l’explique dans une note, il a commencé à écrire ce livre en 1976, mais l’a abandonné. C’est en 2007 qu’il le reprend, pour le publier en 2009 au Etats-Unis.

    C’est le premier livre de Stephen King que je lis. Enfin, non pas tout à fait. J’ai essayé de lire Histoire de Lisey, paru en 2007. Je n’ai pas du tout accroché et je n’ai pas poursuivi au-delà de la vingtième page. Après je n’étais peut-être pas dans de bonnes dispositions pour le lire (si quelqu’un d’entre vous l’a lu, cher lecteurs, faites-moi part de votre opinion sur ce livre).

    Bref, là j’ai dévoré les 1000 pages de Dôme. La phrase en quatrième de couverture plante déjà le décor et m’a tout de suite intriguée : « Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. ».

    Stephen King ne perd pas son temps puisque le dôme apparait dès les premières pages. Ce qui est très intéressant est qu’il nous fait découvrir son apparition et les troubles qui en découlent du point de vue de plusieurs personnages.

    Le temps du récit est lent, mais le rythme est rapide et plein d’actions. Par exemple, dans le livre 1, soit en 600 pages et des poussières, trois jours se sont écoulés. En trois jours, la situation sous le dôme a radicalement changé et le régime de Big Jim en place. C’est d’ailleurs amusant de constater l’étonnement des personnages, qui se font cette réflexion. Trois jours qu’ils sont enfermés sous le Dôme, il n’y a pas de quoi être désespéré, et pourtant… L’action est donc condensée sur une dizaine de jours (un peu moins peut-être…), mais riche en actions, en rebondissements, si bien que l’on se dit que tout va vite. Les chapitres s’enchainent très vite (ils sont d’ailleurs relativement courts, c’est agréable à la lecture), on passe d’un personnage à un autre, c’est encore une fois agréable à lire.

    Le fantastique est présent dans le livre : d’où vient le dôme ? Qui l’a mis en place ? Pour y répondre, certains habitants mènent une petite investigation. Les prémices d’une réponse à ces questions nous sont données dans le livre 2, mais c’est vers la fin que l’on sait vraiment tout. La manière dont se résout la situation n'a été comme je l'imagninais. C’est une bonne fin, mais je m’attendais à quelque chose de plus surprenant peut-être.

    Le livre revêt une dimension écologique et politique. A plusieurs reprises, on note des références à Bush, Palin, Obama et autres au fil du roman. Stephen King montre également comment le pouvoir politique peut instrumentaliser la terreur pour légitimer son pouvoir et les réductions des libertés. Mais comme il le souligne dans la note à la fin, il espère que ce livre nous aura amusé, comme il l’a amusé. Autrement dit, il s’agit avant tout d’un livre de divertissement.

 

    Ce qui m’a impressionnée, c’est le nombre de personnages qu’il a crée. Toute une population en fait. Dès le début, ça nous saute à la figure. Il faut enregistrer tous les noms, saisir les interactions qu’ils ont les uns avec les autres, leur relations, affinités, etc. C’est un véritable puzzle qui s’assemble de lui-même au fil de la lecture, dans une logique et une cohérence que l’on ne peut mettre en doute.

    Ce que j’ai vraiment aimé c’est l’atmosphère que Stephen King crée : un climat de terreur, de paranoïa, un soupçon de conspiration.  De plus, le narrateur est ici omniscient, c’est-à-dire absent mais impliqué. En effet, il se permet d’ajouter quelques remarques dans le récit, ce qui a pour effet de jouer avec nous, lecteur. Par exemple : « Il ne pensa pas à prendre avec lui la fiche du deuxième conseiller, oubli qu’il regretta plus tard ».

    Pour ceux qui, comme moi, n’ont jamais lu de Stephen King auparavant, c’est un très bon livre pour commencer.

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Fantastique-Horreur
commenter cet article

commentaires