Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 20:30

arche de noe Al Khamissi Résumé

 

Khaled Al Khamissi campe douze personnages, hommes et femmes, dont les destins se sont croisés avant ou après avoir émigré ou tenté de le faire. À travers eux est révélée une société minée par la corruption, la répression politique, les discriminations confessionnelles ou ethniques. Une société sur le point d’exploser. À la lumière des événements de 2011 en Égypte et dans le monde arabe, ce second ouvrage (paru en 2009) de l’auteur de Taxi frappe par sa puissance prémonitoire.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Ce deuxième livre de Khaled Al-Khamissi m'a vraiment touchée. Le résumé nous dit tout avec une exactitude sans exagération sur ce à quoi il faut s'attendre. C'est une palette de personnages tous différents - par le milieu dont ils sont issus, leur profession et même leur religion - et représentatifs de la société égyptienne, que nous livre l'auteur. Voici une petite liste de ces personnages ainsi qu'un bref descriptif de leur situation pour vous donner un aperçu :

    - Ahmad Ezzedine : jeune homme licencié de droit, désespérant de faire carrière et n'ayant pas les moyens de payer des pots-de-vin. Il comptait sur un mariage blanc pour fuir l'Egypte et rompt avec sa fiancée, Hagar, mais finalement ce mariage blanc n'aura pas lieu.

    - Hagar Mostafa : effondrée par sa rupture avec Ahmad. Son père la fiance à un égyptien vivant aux Etats-Unis. Elle part là-bas le retrouver, malheureuse.

    - Abd-al-Latif Awad : surnommé Tifa. Bras droit de Ayman, le mari de Hagar. Il travaille dans le restaurant de ce dernier, avant de se mettre au service d'un homme douteux (Akram al-Mongui). Il raconte son périple pour entrer au Etats-Unis.

    - Farid al-Mongui : fils d'Akram al-Mongui, en visite chez son père au Etats-Unis, étudiant à Londres

   - Mortada al-Baroudi : professeur de philosophie à Londres. Farid est un de ses élèves. Parallèlement à son mariage avec Deborah, une londonnienne, il nous raconte son passé en tant que professeur dans une université au Caire, ce qui l'a entre autre poussé à partir.

    - Yassine al-Baroudi : cousin de Mortada. Il a un travail d'enseignant et une femme mais songe souvent à quitter l'Egypte. Quand il passe à l'acte, il échoue, assiste à la mort de plusieurs immigrants comme lui et finit en prison en Libye avant de revenir en Egypte.

    - Nevine Adly : une chirurgienne copte au Caire. Elle a reçu la visite de Yassine qui lui proposait son rein en échange de sa fuite d'Egypte. C'était une méprise et elle le renvoie, cette rencontre la chamboule. "Je ne peux accepter qu'ils vivent comme des étrangers  sur leur propre terre" phrase illustrant le malaise de cette communauté. Suite à une agression, elle décide de faire une demande d'émigration au Canada, une garantie de pouvoir fuir en cas de crise.

    - Talaat Zohni : ami de Nabil, le mari de Nevine. Emigré au Etats-Unis, met vivant maintenant au Koweit. Il reste très attaché à l'Egypte et ne s'est jamais senti chez lui là-bas. On retrouve aussi dans ce chapitre Tifa.

   - Hassouna Sabri : jeune nubien d'Assouan proposant des balades en felouque. Il emmène Mortada, Déborah ainsi que son frère dans une balade sur le Nil. Les nubiens semblent mis au banc par la nouvelle société, ce peuple jadis agriculteur dépend désormais des tour-operateurs. Il prédit la disparition de la langue nubienne et à terme de la civilisation si rien n'est fait pour préserver ce qu'il en reste. Citation intéressante " Ailleurs nous sommes les parasites d'autres civilisations, tandis qu'ici, la civilisation, c'est nous". Pour partir est le seul moyen pour revenir riche et être plus fort et faire entendre sa voix nubienne jusqu'au Caire.

    - Mabrouk Al-Ménoufi: un passeur qui voit mourir sous ses yeux Nabry qui venait se renseigner pour partir d'Egypte. Il se dit bienfaiteur et déclare rendre service à l'Egypte.

    - Sanaa Mahrane : Mabrouk l'a aidé à partir aux Emirats. C'est une prostituée qui finit par arriver en Europe de l'Est, mais ce voyage a un pris, qu'elle va devoir payer.

    Le dernier chapitre, qui s'intitule Retour à la ligne boucle la boucle, car c'est comme cela qu'est conçu ce livre, je cite : "j'ai décidé d'écrire toutes les histoires de ceux qui avaient embarqué sur l'Arche de Noé ou qui s'apprêtaient à le faire, à commencer par Ahmad Ezzedine". Ainsi j'aurais très bien pu reprendre au premier chapitre. Moi qui a la fin de certain chapitre désespérait de ne savoir ce que devenaient certains personnages, ce dernier chapitre m'a totalement satisfait.

  Le terme "Arche de Noé" apparait quelques fois dans le livre, surtout à la fin où un éclairage y est apporté. Le monde hors de l'Egypte est perçu comme un arche de Noé, un moyen de survivre au déluge qui s'abat sur l'Egypte. La fuite apparait comme le meilleur moyen de survivre et de faire vivre la famille restée au pays. Mais ce chemin n'est pas toujours sans risque... Malgré tout, l'émigration bien que dans la plupart des cas fut choisie, elle peut être source de nostalgie.

   Je ferai pour finir un parallèle quelque peu audacieux peut-être mais, à mon sens, justifié, entre ce livre-ci et Planète à louer de Yoss. L'un est un livre complètement ancré dans notre société, l'autre dans le futur, un univers de science-fiction. A priori rien à voir et pourtant ces deux livres ont en commun des personnages ayant le désir de fuir leur pays, leur monde, une terre qui ne leur propose plus aucun avenir, la fuite apparait alors salutaire et porteuse d'espoir. Yoss, auteur cubain, a utilisé la science-fiction pour parler de la société cubaine, on y retrouve le thème de l'émigration, la prostitution par exemple, des thèmes traités par l'auteur égyptien. Ce petit parallèle pour illustrer la diversité des moyens utilisés par les auteurs et les formes que peuvent prendre une oeuvre engagée.


   En bref, L'Arche de Noé est un livre à lire absolument. Si vous êtes amateur de littérature arabe, je vous propose aussi de lire ceci :

  Royaume de cette terre

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article

commentaires

clovis simard 06/11/2012 23:08

Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.23- THÉORÈME GOMERY. - La corruption au Canada.