Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 13:12

book cover la faim 28347 250 400

Résumé

 

La seule chose qui me gênât un peu, c'était, malgré mon dégoût de la nourriture, la faim quand même. Je commençais à me sentir de nouveau un appétit scandaleux, une profonde et féroce envie de manger qui croissait et croissait sans cesse. Elle me rongeait impitoyablement la poitrine ; un travail silencieux, étrange, se faisait là-dedans.

 

 

wpe106wpe106

wpe106-copie-1.gif

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Ce livre m'a laissé un sentiment étrange (c'est d'ailleurs le mot qui le qualifie le mieux), c'est pourquoi je ne lui décerne pas 3 scarabées. Il n'en mérita pas non plus 2, car il m'a vraiment plu, alors j'ai opté pour une moitié de scarabée supplémentaire.

    C'est un livre où il n'y a "aucune histoire, aucune intrigue" comme le dit si bien André Gide en préface.

    Ce roman norvégien publié en 1890 (pour la version définitive) raconte la vie d'un journaliste-écrivain souffrant de la faim et errant dans les rues de Christiania. D'ailleurs ce livre n'est pas sans rappeler la vie de l'auteur lui-même qui vécut dans la pauvreté une partie de sa vie et affréta un bateau pour commencer une nouvelle vie. Bref, c'est donc l'histoire d'un homme qui a faim, qui est à plusieurs reprises sur le point de mourir de faim. C'est l'histoire des errances de cet homme en souffrance aussi bien physiquement que mentalement. Et enfin, c'est aussi la description des troubles physiques et intellectuelles que peut provoquer cette exposition prolongée à la faim.

    Le personnage est troublant. Il erre dans les rues en cherchant un moyen de gagner quelques couronnes. Pour cela il se débarasse de son gilet, il essaie même de revendre ces boutons de veste. Il écrit aussi des articles, qu'il n'arrive pas à vendre en général car jugé trop inactuels, au style trop emporté. Autrement dit on assiste à ses tentatives, à ses échecs. Echecs qui provoque des réactions en chaîne. Il passe souvent d'un état d'excitation, de grands élan enthousiaste à des périodes d'abattement totale.

    De plus, sa dramatique situation ne vient pas à bout de sa fierté, de son orgueil, de ce qu'il appelle aussi son honnêteté, qui au final à beaucoup à voir avec sa fierté, je pense. Cela est une des causes de sa pauvreté, car l'argent qu'il récolte, il va le donner à une personne dans le besoin, rembourser une vieille dette, ... Cette honnêteté le perdra, car c'est au moment où il est le plus honnête qu'il est rejeté par une femme qui l'aime (et qu'il aime peut-être bien qu'il ne l'affirme pas vraiment).

    Le récit à la première personne rend le tout d'autant plus vivant, troublant parfois, tant les comportements du personnage sont étranges, mais ne sont jamais présentés comme ceux d'un fou. Ses pensées, ses sentiments, ses sensations (lorsu'il mange ou a mangé notamment) nous sont décrites dans un langage riche en détail et en image. L'auteur décrit si bien la souffrance physique de son personnage, qu'on ressent parfois de la peine pour lui, pourtant on (en tout cas ce fut mon cas) ne peut s'empêcher de pester contre ses humeurs changeantes, son apparente moralité, ses punitions qu'il s'inflige à lui-même, sa fierté, qui ne font qu'accroître sa souffrance. Alors finalement peut-on le plaindre ?

    Ce qui est étrange avec ce livre, c'est qu'il m'a plu, mais m'a laissé un sentiment, une impression que je n'arrive pas à définir, mais je vais essayer de m'expliquer. Je ne me suis pas lassée des errances de ce personnage à la dérive luttant pour survivre, mais à la fois, je n'ai pas été bouleversée par son histoire. J'ai eu parfois de la peine pour lui, par exemple lorsqu'on le met dehors et qu'il n'a plus un endroit où dormir,mais sans plus. Sa fierté empêche cet attachement de s'installer. Alors quand j'ai terminé ce livre, je l'ai refermé sans faire d'histoire, sans déception, mais sans me dire "quelle fin !". L'histoire était fini voilà tout.

    Pour conclure, ce livre n'en reste pas moins un bon livre dont j'ai apprécié l'écriture. Même si je ne me suis pas vraiment attaché au personnage, j'ai apprécié de suivre pas à pas son histoire.

 

Livre lu dans le cadre du Challenge Tour du monde. A venir, 1Q84 de Murakami.

logo3

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article

commentaires

Anne(De poche en poche) 05/10/2011 19:39


Que de Knut Hansum sur la blogosphère ces jours-ci !! Je ne connaissais pas cet auteur donc au contraire, c'est l'occasion de le découvrir. Je comprends que ce roman ne doit pas être facile à lire
mais par contre il doit être très intéressant.


aucafelitterairedeceline 05/10/2011 19:59



Oui je trouve aussi ! J'ai vu un article sur Un vagabond joue en sourdine sur le blog de Sharon par exemple. Je vais me procurer la trilogie du coup, car il a l'air intéressant.


Pour La Faim, c'est au Salon du livre 2011 de Paris que je l'ai acheté. La littérature nordique étant à l'honneur, je voulais absolument me procurer un livre pour la découvrir. On me l'a
présenté comme étant un grand classique de la littérature nordique et je ne regrette pas du tout mon achat.