Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 10:28

Le-rabaissement-Philip-Roth

Résumé

 

Simon Axler est l’un des acteurs les plus connus et les plus brillants de sa génération. Il a maintenant 65 ans, il a perdu son talent, son assurance, la magie qui le faisait vivre. Axler n’arrive plus à croire en ses rôles, en lui-même, en la vie qui s’en va. Il se regarde être un acteur, un mauvais acteur de surcroît. Ce sentiment d’extériorité le mène à la dépression. Obsédé par le suicide, Axler entre à l’hôpital psychiatrique, ce qui accroît son impression d’échec et d’humiliation.

Mais Axler va rencontrer une jeune lesbienne, Pegee, qui pourrait être sa fille ; elle va lui inspirer une passion érotique et, ainsi, le ramener à la vie, au sexe, le seul remède.

Cependant, loin d’avoir transformé Pegee comme il le croyait, loin d’avoir été son Pygmalion et de l’avoir comblée, Axler s’est nourri d’illusions, creusant ainsi son propre malheur. Car Pegee, l’amoureuse des femmes, reste surtout fidèle à un père possessif.

wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Philip Roth est un écrivain américain apparemment incontournable. Mais avec ce livre, apparemment il n’a fait l’unanimité, mais étant donné que pour ma part, c’est le premier de ses livres que je lis, je n’ai pas de point de comparaison.

    Plutôt court, j’ai lu ce livre très rapidement. Dès la première page, le ton est donné. Il raconte la déchéance de cet acteur de théâtre. Après ces derniers échecs sur la scène le font basculer dans une dépression qui va venir à bout de sa vie conjugale. Au bout de 8 pages, Axler pense au suicide, un thème qui revient à plusieurs reprises dans le roman. C’est en effet un acte souvent présent dans le théâtre, comme cela est souligné, et un rôle qu’Axler tente d’endosser. Mais voilà, il n’a pas la force d’aller au bout de son acte. La première partie de ce livre est centrée sur son passé d’acteur, sa nostalgie du succès, sa thérapie qui ne fut pas un grand succès, puis sa résignation : il ne peut plus jouer et refuse donc toute proposition.

    Dans la deuxième partie, sa relation avec Pegeen donne un nouveau souffle à la vie d’Axler. Lui jusque-là vivait en solitaire et se lance dans une relation où chacun semble trouver son compte à sa façon. Mais leur relation se caractérise en particulier par une sexualité débridée. Axler se voit comme un perdant à plusieurs reprises et trouve dans cette relation de quoi compenser son mal-être, au point de ne rien dire de ce qu’il ressent pour ne pas la perdre. Mais, pour ma part, j’ai eu du mal à croire à la logique du récit selon laquelle un vieil acteur qui connait un échec professionnel et sentimental se lance dans ce type de relation. Roth ne nous a pas préparés à un tel revirement (cartains apprécieront peut-être cela justement parce qu'on ne s'y attend pas, mais pour ma part là ça n'a pas marché) et nous annonce cela de but en blanc dans la seconde partie. Alors oui on peut dire que là, il s’agit d’une réelle « transformation » comme l’annonce le titre de cette partie, mais pour la crédibilité du personnage et de l’histoire, je trouve cela un peu gênant.

    Dans la troisième et dernière partie, sa relation toujours aussi débridée avec Pegeen se poursuit. Un jour Axler se met à projeter leur relation, à se projeter dans l’avenir, à s’imaginer reprendre le théâtre et à retrouver une certaine confiance à soi. J’ai trouvé se passage intéressant. Par lui-même, un jour, tout change. On ressent dans l’écriture de Roth que le personnage reprend vie et décide d’agir, plutôt que de rester spectateur de sa vie. Mais cet espoir se retrouve subitement anéanti, mais je n’en dévoilerai pas plus. Je soulignerais cependant l’importance de l’apparition épisodique de la femme qu’Axler rencontre durant son séjour à l’hôpital psychiatrique. Cette rencontre va avoir un vrai impact sur lui, et sur le dénouement de l’histoire.

    L’histoire était plaisante à lire, mais je ne ferais pas comme les critiques littéraires en la qualifiant d’admirable composition. Il y a une qualité de l’écriture dans ce livre, c’est certain, et pour cela je lirais certainement un autre de ses livres et ainsi découvrir un de ses grands succès qui fait sa réputation.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article

commentaires