Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 14:13

Royaume de cette terreRésumé

 

Dans un village maronite replié sur lui-même du Nord-Liban, la lutte acharnée pour leur survie de deux enfants subitement orphelins. Où Hoda Barakat ressuscite magistralement une civilisation en voie de disparition sous l’effet de l’émigration et du tourisme.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Voici un deuxième roman libanais à mon actif, et franchement j'ai été conquise par l'histoire. Cela ne s'est pas avéré simple au début. Hoda Barakat consacre les 30-40 premières pages à Mouzawaq, le père de Salma et Tannous. Mouzawaq intime son fils Tannous de rentrer chez Bou Ali, tandis que lui poursuit sa route malgré la tempête qui s'annonce. Une palette de personnage est introduite et j'ai eu du mal à m'y retrouver. Enfin j'ai tout de même saisi que le terme Bou (ex : Bou Mansour) qualifié un homme du nom de Mansour et Oum désignait une femme. Ce passage sert à nous présenter le personnage du père, qui malgré sa disparition, demeure toujours dans les esprits. L'ombre de Mouzawaq pèse toujours sur l'existence de ses enfants, et même sur les frères de celui-ci. Mouzawaq était l'ainé, on lui obéissait et le respectait.

    Après l'annonce de sa disparition, Tannous et Salma se relaient pour nous raconter leur existence. Pour vous mettre dans le contexte, Salma et Tannous vivent dans un village maronite (branche de l'Eglise catholique orientale) dans les montagnes. L'histoire se déroule des années 20 (époque du Mandat français) à 1975 quand la guerre civile éclate. Sous le regard de Tannous et de Salma, c'est la vie quotidienne de leur famille et des habitants de ce village (avec ses hauts et ses bas) qui se déroule. Salma, au fil du roman, devient une femme au fort caractère, qui se sacrifie pour sa famille à tout point de vue. C'est aussi une femme relativement indépendante qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense à son frère aîné (qui fait office de chef de la famille) ou à son oncle. Tannous semble subir sa vie, la mort de son père l'ayant profondément touché (on s'en rend d'autant plus compte dans les dernière pages du livre). Après avoir fui le Liban, il revient changé, sa relation particulière avec Salma s'en trouvera alors changée. Le destin de Salma et Tannous est agité de péripéties, de fautes qu'ils n'oublieront pas et pour lesquelles ils attendent leur punition.

   Ce qu'il est intéressant de noter, c'est le fait que l'auteur ne cite jamais l'âge des deux protagonistes, elle les isole dans une espèce de bulle temporelle (à la fin, p.324, Tannous par exemple prend conscience de leur âge, du temps qui a passé), de même que leur village semble lui aussi à part. Un royaume à part sous le regard de Dieu et de la Vierge, qui ne se sent pas libanais. Le nationalisme n'a pas court là bas, ils n'ont pas le sentiment de faire parti du Liban, comme ils n'avaient pas le sentiment d'être libéré de l'occupation française, puisqu'ils se sont toujours considéré libre. On sent que les personnages grandissent, que le monde évolue autour d'eux (il y a une référence au conflit israélo-palestinie par exemple), même leur village évolue, devenant un lieu de villégiature très prisé (les hôtels fleurissent, etc), mais même cela ne modifie pas les traditions qui y ont cours.

     L'auteure nous décrit dans ce livre un mode de vie, des traditions. Ce qui m'a le plus marquée, c'est la place de la religion. Dans le roman cela s'en ressent par les dialogues, des dialogues souvent vifs. J'essaie de mettre un ton sur les phrases et là j'imagine des voix fortes, s'exprimant avec ardeur quand ils en appelent à la Vierge ou aux saints. La place des saints dans le quotidien est très important, cela frappe dès le début et tout au long du livre. On note aussi le poids de la famille très présent.

      Voici donc un livre magnifique, aux personnages attachants et très riche par son contenu. Parler de ce livre n'est pas chose facile tant il recèle de choses intéressantes, j'espère en tout cas avoir réussi à vous y intéresser. Pour en savoir plus, rendez-vous sur Babelio où, dans une vidéo, l'auteure parle de son livre.

 

 

A découvrir également

retour de lilith

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article

commentaires