Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 09:11

pour seul cortegeRésumé

 

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre.

Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille.

Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père…

Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance mènent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée.

Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l’Histoire, leur ouvrant l’infini de la légende.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Ce roman se déroule en Antiquité, sous le règne, la fin du règne d'Alexandre le Grand, car très vite le roi s'effondre sous les yeux de ses sujets, de ses amis.

    Le début est assez mystérieux. D'un côté nous suivons le déroulement du banquet à travers Alexandre, de l'autre apparait Dryptéis, fille de Darius roi perse déchu, veuve d'Hephaistion (fidèle compagnon d'Alexandre), vivant isolée de l'Empire, au milieu de prêtres avec son fils, et enfin apparait un personnage énigmatique : Ericléops, dont on sait qu'il se dirige vers Alexandre et l'enjoint à rester en vie jusqu'à son arrivée.

     C'est alternativement que nous suivons ces trois histoires qui se rejoignent par la suite. Dans ce livre il est question de pouvoir, d'ambition, de fidélité. Tandis que les proches d'Alexandre, autrefois amis, se disputent l'Empire, Dryptéis, qui ne songe qu'à échapper à l'Empire, fait preuve d'une fidélité sans faille à Alexandre. Son défunt époux lui disait qu'elle ne serait en sécurité qu'en restant à ses côtés, ce qu'elle fait. Dryptéis suit le cortège aux côtés des pleureuses. Durant cette longue et lente marche, un échange s'opère entre elle et Alexandre. Il ne veut pas retourner à sa ville natale et y reposer, il veut aller ailleurs, "échapper à l'Histoire" comme cela est souvent répété. Un lien particulier unis Dryptéis et Alexandre, c'est grâce à elle que sa dernière volonté va s'accomplir.

     C'est finalement cette dernière chevauchée avec les fidèles d'entre les fidèles que nous sommes invités à suivre. Une chevauchée pour échapper au temps, au réel et à l'Empire. La poésie de l'écriture laisse apparaitre un certain mysticisme et me rappelle le ton des écrits antiques. Ainsi Pour seul cortège n'apparait pas comme un roman historique, mais comme un roman épique. Cette dernière chevauchée est comme un hommage à l'esprit de conquête d'Alexandre le Grand.

      Ce roman de la rentrée littéraire 2012, le premier que je découvre, m'a conquise. Le sujet m'a emballée et je fus totalement réceptive et sensible à l'écriture de Laurent Gaudé.

 

Livre lu dans le cadre du challenge

    grand-challenge.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires

Nico 25/10/2012 21:37

Plus je lis de commentaires sur les blogs, plus je constate que je suis l'un des seuls à ne pas avoir accroché à ce roman, qui m'a même beaucoup ennuyé. Je ne suis jamais entré dedans, le trouvant
prétentieux et presque "creux". Il faut dire que le style Gaudé finit par me lasser.

aucafelitterairedeceline 28/10/2012 20:44



Pour ma part, je n'ai pas lu d'autres romans, mais j'étais interessée par La mort du roi Tsongor. Avec Pour seul cortège, l'écriture poétique de l'auteur m'a beaucoup plu et l'atmosphère qui s'en
dégage.