Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 18:03

swing a berlinRésumé

 

Berlin, 1942. La guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse. Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, cherche un moyen de remonter le moral de la population. Et quoi de plus joyeux que le jazz ? Mais, considéré comme une "musique dégénérée" ou "musique de nègres", il est interdit par le régime. Le ministre ordonne donc que l'on crée un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un jazz qui valoriserait les thèses aryennes. Le vieux pianiste Wilhelm Dussander est à la retraite depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. S'il estime que la politique n'est pas l'affaire des musiciens, il n'a jamais aimé les nazis. Pourtant, lorsque Goebbels le sollicite pour monter le groupe qu'il appelle de ses voeux, Dussander n'a d'autre choix que d'accepter...

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Voilà un sujet peu commun et peu traité dans la littérature si je me fie aux dires de l'auteur : le jazz ou plutôt "la musique de danse accentuée rythmiquement" sous le 3e Reich.  Après le texte, en note, l'auteur nous indique la part de fiction et la part de réalité qu'il met dans son livre. Si le groupe les Goldenen Vier n'a pas existé, de même que Dussander leur professeur, ou Müller, l'auteur s'inspire de groupes ayant existé comme Charlie and his orchestra ou Die Goldenen Sieben.

     En 1942, pour remonter le moral des allemands, Goebbels, ministre de la propagande, décide de créer un groupe de jeunes aryens chargé de jouer de la musique accentuée rythmiquement sur les ondes. Le mot jazz est proscrit, celui-ci renvoyant aux musiques des noirs américains, considérés par les nazis comme des sous-hommes. Dussander, un vieil homme, qui ne partage pas les idéaux nazis, se voit contraint de prendre part à ce projet. Mais pas question pour Goebbels et Müller (celui qui encadre et surveille la formation et la tournée du groupe) de former des jeunes à une musique débridée où le rythme est dominant, les morceaux doivent refléter la rigueur allemande et la mélodie doit prévaloir sur le rythme.

     Le choix des membres s'avèrent particulièrmeent difficile, étant donné le niveau insuffisant et trop classique, trop académique des candidats. Ils finissent par se mettre d'accord sur quatre personnes. Des quatre jeunes hommes choisis, Hermann est celui qui a vraiment épousé les idées nazis. Distant, rigide, froid dans un premier temps, ses croyances vont peu à peu faire l'objet d'une remise en question. Cette prise de conscience vis-à-vis des pratiques du régime nazi se fera pour chacun à son rythme.

     La question de la résistance au régime par les allemands est évoquée. Le mouvement la Rose Blanche - cité dans le roman - a d'ailleurs véritabement existé comme cela est expliqué dans la note de l'auteur en fin de livre. On sait que Dussander ne collabore que par contrainte, mais résiste à sa manière par la musique. La résistance va prendre une forme plus active dans le roman grâce à Ruppert et le groupe va se mettre en danger.

Il y a un équilibre entre le traitement de la musique (qui comprend le temps de l'apprentissage, les concerts, etc) et le côté historique du roman (qui comprend la thématique de la résistance allemande, les rumeurs sur les camps, la vie sous le régime, etc) qui rend la lecture très plaisante.

    Ce roman se dévore d'une traite, il est touchant, notamment lorsque la servante Elsa raconte son histoire. Dans l'évolution de la relation entre les membres du groupe, il n'y a pas vraiment de surprise, cela va dans le sens que l'on attend. J'ai tout de même craint à un moment que certains ne se fassent prendre lors de leurs actes de résistances du livre, j'ai aussi été surprise lors de leur dernière représentation à Berlin alors que la situation pour l'un des personnages s'avère plus que compliqué. Un livre à lire !

 

 

Mon avis de lecture à propos des autres livres en lic e pour le prix des ados 2013

jim morrison-copie-1la nuit ne dure pas

Partager cet article

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature jeunesse
commenter cet article

commentaires