Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 13:37

J'ai constaté un petit souci depuis la mise à jour overblog. Ainsi la partie gauche où je vous fait part de ma lecture du moment et des articles à venir est faussé. J'espère que ce problème sera régler prochainement.

Je vous prépare un article à paraitre dans la semaine sur : Victoria de Knut Hamsun

Et je vais entamer la lecture de L'évangile selon Pilate de Eric Emmanuel Schmitt

Bon dimanche à tous et bonne lecture !!!

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 19:02

HypnotiseurRésumé

 

Erik Maria Bark, un psychiatre spécialisé dans le traitement des chocs et traumas aigus, a longtemps été l'un des rares véritables experts de l'hypnose médicale. Jusqu'au jour où une séance d'hypnose profonde a très mal tourné. Depuis, il a promis de ne plus jamais hypnotiser. Mais dix années plus tard, l'inspecteur Joona Linna le réveille en pleine nuit : Josef, un adolescent, a assisté au massacre de sa famille. Le corps lardé de centaines de coups de couteau, il vient d'être hospitalisé, inconscient et en état de choc. Joona Linna veut l'interroger sans tarder car tout indique que l'assassin est maintenant aux trousses de la soeur aînée de Josef, mystérieusement disparue. Et pour lui, il n'y a qu'une façon d'obtenir un quelconque indice de l'identité du meurtrier : pénétrer le subconsient du garçon et tenter de revoir le carnage à travers ses yeux... donc hypnotiser Josef.

Rythme effréné, richesse et complexité des personnages, écriture au cordeau : un roman policier d'une intelligence redoutable doublé d'un thriller terrifiant.

wpe106

wpe106

wpe106

wpe106


 

 

 

 

Avis de lecture

 

        Et oui, 4 scarabées pour ce superbe roman, qui dans un premier temps prend les airs d'un policer pour basculer vers le thriller. Oui je trouve que l'on bascule d'un genre à l'autre, car finalement l'une des deux intrigues va prendre l'ascendant sur l'autre et donc changé le ton du livre. J'ai adoré ce roman. Je m'y suis plongée d'entrée de jeu et dès que j'avais un moment, je le saisissais pour poursuivre ma lecture.

         Malgré tout, je trouve le résumé à moitié trompeur, pour le première partie de celui-ci, car bien sûr le rythme est effréné, les personnages sont riches, complexes, en bref très intéressants (mais j'y reviendrais), enfin l'intrigue est très intelligente et très bien ficelée. La quatrième de couverture est centrée sur une intrigue, celle de Josef, qui  finalement va s'effacer pour laisser place à une autre qui va nous divertir la moitié du livre, ce n'est pas rien.

       Du coup, à cause de cette focalisation sur Josef, j'avoue avoir été euh... pas déçue, car ce mot serait trop fort, mais faute de trouver le mot juste, disons que je suis déçue, à un faible degré, par le fait qu'elle devienne plus secondaire. La transition se fait en douceur et les enjeux au final sont tels pour notre héros L'hypnotiseur Erik, à qui on s'est attaché, que l'on est saisi par l'histoire. D'ailleurs tout réside dans le titre. L'Hypnotiseur. Lars Kepler prend pour héros cet hypnotiseur qui a fait une promesse qu'il a rompu, sous pression de l'inspecteur. Certes, il semble s'écarter de son sujet en nous focalisant un temps sur l'affaire Josef (que j'ai trouvé bluffante autant qu'effrayante), mais ce temps lui sert à creuser son héros, son histoire personnelle, etc, pour mieux nous préparer à la seconde intrigue. Mais voilà, si j'ai été satisfaite de la résolution de l'intrigue qui concerne Erik, et bien j'aurais aimé qu'il y ait une vrai fin au sujet de Josef.

      Dernière chose, j'allais oublier. Je disais plus haut que j'avais apprécié chaque personnage. Oui je les ai tous trouvé intéressants, mais concernant l'inspecteur Joona Linna, un homme très sûr de lui, qui veut toujours avoir raison (et qui a toujours raison), je l'ai trouvé moins attachant dans les premiers premiers à cause de ce trait. Après, l'auteur écrit quelques passages qui permettent de développer sa vie personnelles et ses relations, mais j'espère que pour les prochains livres de la série le voir bien évoluer.

      Pour conclure, je conseille vivement ce roman ! Pour  la suite de ses aventures, et bien, j'attendrais qu'elles sortent en poche.

 

Vous aimerez peut-être :

la-vallee-des-tenebres

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Policier et thriller
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 10:39

enigme de saint olavRésumé

 

Tallinn, 1409.
Sur les hauteurs de la ville, les chevaliers teutoniques incarnent une aristocratie en fin de règne, tandis que la ville basse de Tallinn brasse une population métissée et contrastée. On y croise orfèvres, compagnons maîtres chanteurs, marchands de l'ordre des Têtes-Noires et chefs de guildes, dans l’activité bouillonnante du port de commerce de la Hanse. Un haut responsable de l'ordre des chevaliers est retrouvé décapité à la porte du monastère, une épée ensanglantée abandonnée à la hâte sur le chemin de la ville basse. Le bailli fait appel à son fidèle ami Melchior, l’apothicaire, réputé pour son ingéniosité. Courtisé pour une liqueur de sa fabrication, Melchior est un esprit éclairé au sein d’un monde obscurantiste et naïf. Il faudra toute sa perspicacité pour démêler « l’énigme de Saint-Olav ».

 

 

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    J'ai lu ce livre, très curieuse de découvrir un livre d'un auteur estonien. L'auteur, en Avant-propos, nous explique le contexte historique de l'époque (1409), et un mystérieux fait divers qui a secoué Tallinn à l'époque. On comprend alors ce qui l'a motivé à raconter cette histoire : la tentation de broder une intrigue autour de ce fait divers. En lisant la petite biograhie, je note aussi que l'auteur est originaire de Tallinn, passionné d'histoire médiéval.  Ici, il s'agit donc d'un polar, mais apparemment l'auteur s'illustre aussi en SF.( Je n'ai pas trouvé d'oeuvres traduite en français)

    Passons au livre, objet de cet article. J'ai passé un bon moment de lecture. La construction est bonne. D'abord, on assiste au crime, puis à la découverte du crime. L'auteur choisit de nous montrer cela du point de vue de divers personnages, ce qui nous permet du coup de faire connaissance avec les divers protagonistes de manière progressive, et parfois de voir les relations qu'ils ont pu avoir avec l'assassiné. Ensuite vient le temps de l'enquête par le bailli, à qui on met la pression, mais c'est sans compté la perspicaité et le sens de l'observation de Melchior, l'apothicaire.

    Le personnage de Melchior était le plus complet, son histoire personnel a été davantage développée avec un mystère qui ne manque pas de nous interpeller. Quant au bailli, qui a pourtant un rôle important, son personnage n'a pas été très creusé. Je l'ai lu il y a une semaine et j'avoue qu'à l'heure d'écrire cet article je retiens, en plus de celle de Melchior et de sa femme, l'histoire de Kilian, cet apprenti chanteur, mais peu de choses sur les autres personnages, hormis la nature de leurs relations.

   Pas facile de mener une enquête au Moyen-âge ! On s'en rend compte, lorsque nos deux enquêteurs expliquent comment s'y prendre : retracer la dernière journée du défunt et les personnes qu'il a croisé, trouver des témoins, etc... Un travail de longue haleine puisque peu d'indices subsistent. C'est une véritable leçon d'enquête qui nous est donné, j'ai bien aimé. L'enquête se déroule sur 4 jours et c'est un élément inattendu qui va relancer l'enquête et donner de nouvelles pistes. Très fourni en détail, en description, qui parfois s'éternisait un peu, il en ressort que je n'ai pas été emportée par l'histoire, mais j'ai suivi tout avec intérêt avec, tout de même, la volonté de connaitre le fin mot de l'histoire.

     Enfin, ce que je retiens est que l'auteur a vraiment réussi à m'emmener au Moyen-âge. Il multiplie les détails sur le mode de vie, le quotidien, le système des confréries, la place de la religion, le fonctionnement de la loi à l'époque à cet effet et ça marche.

      Les amateurs de romans médiévaux devrait apprécier ce livre, je pense.

 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Policier et thriller
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 08:49

caveau de famille Résumé

 

Après l’immense succès du Mec de la tombe d’à côté, nous sommes des centaines de milliers à nous demander ce qu'il advient de Désirée, la bibliothécaire, et de Benny, le paysan. Et bien, voici la suite…

Désirée dévore avec autant d’ardeur les livres et les produits bio, Benny lui, élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire « de son plein gré ».
Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c’est terminé pour toujours. Et si ça marche…

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

     Je n'ai pas pu attendre longtemps pour le lire cette suite du Mec de la tombe d'à côté. Le deal entre Benny et Désirée s'avère concluant, sinon il n'y aurait pas de second roman. C'est donc une nouvelle dynamique qui s'établit ici. Comment ces deux personnes si différentes vont-elles gérer la venue de l'enfant ?

      Nous retrouvons dans ce roman les deux voix qui s'alternent pour partager avec nous leurs sentiments, leurs engueulades, leurs moments de bonheur aussi, etc... Un troisième voix s'immisce entre eux au début du livre, celle d'Anita, un personnage pour qui j'ai éprouvé de la compassion au vu de ce qu'elle subit.

      Nous suivons donc la grossesse de Désirée et tout le questionnement que cela suppose pour le couple Benny et Désirée, puis la naissance. Mais le couple ne va pas être au bout de ses surprises... des surprises qui tombent presque comme un cheveux sur la soupe.

       Katarina Mazetti met en place des situations drôles, tout en étant empruntes d'un certain réalisme. Elle met le doigt sur les difficultés de la vie de couple, l'humour forçant certains traits et rendant le tout savoureux. Le personnage de Benny est tantôt prévenant, un peu bourru et souvent macho, ce qui donne des coups de gueule. Quant à Désirée qui, par la force des choses, renonce à une certaine indépendance, à son travail (elle le garde, mais disons qu'elle est contrainte de le délaisser en quelque sorte), sa vie de mère de famille et d'épouse la comble autant qu'elle l'épuise.

      J'ai trouvé que cette suite vaut bien le premier. Certes l'auteur aurait pu s'arrêter au premier, car cette suite n'est pas indispensable, mais elle est distrayante. Ca, c'est un livre que je relirais avec plaisir dans quelques années en vacances.

 

Mon avis de lecture du Mec de la tombe d'à côté

mec de la tombe d a cote

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:12

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

J'ai adoré Le caveau de famille, de Mazetti, une suite très très réussie

 

Ma lecture du moment

  L'énigme de Saint-Olav, d'Onfrek Harga

 

Mes prochaines lectures

L'hypnotiseur, de Lars Kepler

 

Et vous, que lisez-vous ?

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:30

Littérature

 

Mathias Enard, Tout sera oublié, Actes Sud, sortie le 10 avril

 

Gilles Legardinier, Demain j'arrête ! , Pocket, sortie le 4 avril

 

Barbara Constantine, Et puis Paulette..., Le livre de Poche, sortie le 17 avril

 

Eric Orsenna, La fabrique des mots, Stock, sortie le 24 avril

 Il y a trop de mots, beaucoup trop pour l’ignoble Nécrole, le Président à vie qui a édité une liste de seulement trente mots à utiliser. Les élèves de CM2 de l’école Simon-Bolivar et Melle Laurencin se mettent en guerre et font campagne contre l’ignorance. Le dernier volet des aventures de Jeanne dans l’univers des mots et de la langue.

 

John Irving, A moi seul bien des personnages, Seuil, sortie le 18 avril

 

Sofi Oksannen, Les vaches de Staline, Le livre de Poche, sortie le 17 avril

 

A.M Homes, La fin d'Alice, Actes Sud, sortie le 3 avril


Polar, policier

 

Lars Kepler, L'hypnotiseur, Babel, sortie le 3 avril

 

Lars Kepler, Incurable, Actes Sud, sortie le 3 avril

 Une jeune adolescente est retrouvée sauvagement assassinée dans la cellule d'isolement d'un foyer spécialisé. Un marteau ensanglanté est retrouvé sous l'oreiller de l'une des autres occupantes, une jeune fille troublée du nom de Nicky qui a disparu. C'est le début d'une terrible chasse à l'homme qui va mettre à mal les intuitions de l'inspecteur Joona Linna.

 

Jo Nesbo, Le fantôme, Gallimard, sortie le 12 avril

 Après trois années d'exil volontaire en Asie, Harry revient en Norvège en apprenant par sa collègue Beate qu'Oleg, le fils de Rakel, a été arrêté pour le meurtre d'un dealer. Convaincu de l'innocence du jeune homme, Harry décide de mener son enquête. Il découvre alors que la victime officiait pour un mystérieux groupe de dealers dirigé par un individu surnommé Dubaï.

 


Jean-Christophe Grangé, Le passager, Le livre de Poche, sortie le 30 avril

 

 

Science-fiction/fantasy

 

Patrick Rothfuss, Chronique du tueur de roi, tome 2, Bragelonne, sortie le 26 avril

 

James Clemens, Les bannis et les proscrits , tome 5, L'étoile de la sorcière, Milady, sortie le 26 avril

 

Jack Campbell, Etoiles perdus, t.1, L'honneur terni, Atalante, sortie le 19 avril

L’autorité des Mondes syndiqués s’effondre lentement depuis la victoire de l’Alliance. Partout éclatent sécessions et guerres civiles. Que deviendront ces « étoiles perdues » ?

Midway par exemple. À la tête de la rébellion, Gwen Iceni, la commandante en chef des forces spatiales, s’est alliée à Drakon, lui-même en charge des forces terrestres. Et tous deux n’ont d’expérience que celle de la dictature : défiance et trahison, intrigue et assassinat. Leur entreprise commune est-elle vouée à l’échec? L’ombre de Black Jackplane sur le système, mais le gouvernement de Prime, la capitale syndic, dispose sûrement d’une flotte encore assez puissante pour rétablir sa loi. Et que se passerait-il si les intraitables Énigmas revenaient? Il faut apprendre. Apprendre la confiance, apprendre l’humanité. Mais il reste peu de temps et le chemin est difficile pour ces chevaliers à l’honneur terni.


Pierre Pevel, Haut-Royaume, vol. 1 Le chevalier, Bragelonne, sortie le 26 avril

 Le haut-royaume connaît sa période la plus sombre. La rébellion gronde aux frontières de son territoire. En dernier recours, le roi affaibli libère Lorn de ses geôle et le nomme chevalier du Trône d'Onyx, avec pour mission de protéger l'autorité royale. Lorn est une figure d'espoir pour le peuple, mais il cherche secrètement à se venger de ceux qui l'ont retenu en captivité.

 

Robin Hobb, La cité des Anciens, vol. 7 Le vol des dragons, Pygmalion, sortie le 24 avril

 

Danielle Martinigiol, Cantoria, Atlante, sortie le 21 février

 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Les sorties littéraires mois après mois
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 11:32

Alliance des trois

Résumé

 

Personne ne l'a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l'obscurité et l'effroi. D'étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies... Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la l'erre n'était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... A cet Autre Monde 

wpe106

wpe106 wpe106

 

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Alors que le deuxième tome, Malronce, vient de sortir en poche, je me suis lancé dans la lecture de cette série dont tous les thèmes abordés m'intéressent : un monde qui basculent du jour au lendemain, un fin du monde qui ressemble plus à un nouveau départ, des créatures étranges issus de mutations de la nature. Un beau coktail en perspective !

    J'ai lu ce livre avec un bel enthousiasme. L'action démarre bien. On fait connaissance avec cette bande d'amis, Matt, Tobias et Newton, des ados passionnés de jeux vidéos et de jeux de rôles. Lorsque le monde bascule, Tobias et Matt se retrouve seul dans un monde qui apparait étrange et hostile. Mais le bon sens de l'un et le courage de l'autre les aide à venir à bout des quelques épreuves qu'ils doivent affronter.

      Après une ellipse de quelques mois bien justifiée, nous découvrons la nouvelle organisation du monde. J'ai apprécié l'originalité du tout. Nos deux amis, Tobias et Matt ont donc trouvé refuge sur une île. Très vite, des soupçons apparaissent sur certains membres, un lieu étrange est craint de tous, des traîtres se trouveraient même sur l'île... Les habitants de l'île sont-il vraiment en sécurité ? Notre duo d'amis avec le concours d'une troisième personne mène l'enquête. Il est difficile de parler de ce livre sans dévoiler quelque chose, j'ai fait au mieux je pense.

Si Chattam avec cette série de  change complètement son style d'écriture, on retrouve son talent pour mener le lecteur sur de fausses pistes et nous suprendre. Après, je dois avouer avoir trouvé certaine fois que le raisonnement du trio éait un peu lent. C'est limite si je voulais souffler aux personnages les bonnes questions à se poser pour découvrir le traitre par exemple, sans pour autant que j'en ai la réponse. Son écriture est fluide, agréable, mais le livre à un côté enfantin dans le style. Cela peut déranger ou pas. Je ne m'y attendais pas car ce roman se trouve bel et bien dans le rayon SF adulte, mais je m'y suis fait et j'a apprécié l'histoire malgré tout. Pourtant ce choix d'écriture peut s'expliquer parce que les personnages sont des enfants, les adultes ayant pour la plupart disparu, et que nous découvrons cet autre-monde avec le regard d'un enfant (enfin d'un jeune ado).

 

Une autre de mes lecture de Maxime Chattam

predateur

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Science-fiction
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:34

Dimanche 24 avril.

Tout aussi tôt que l'an dernier, j'ai pris le train pour me rendre Porte de Versailles. Muni du plan et du catalogue des dédicaces et des temps forts du Salon, je parcours les allées une par une. J'ai noté la place plus importente accordé au livre numérique par exemple. Ce petit tour, alors que les allées sont encore aisément praticables, me sert également à organiser le reste de ma journée. J'ai finalement commencé par le pavillon dédié aux Lettres roumaines, puis à Barcelone. Ensuite je me suis attachée à voir divers auteurs.

Cette année, j'ai trouvé le catalogue des dédicaces plutôt décevant. Il est précisé qu'il s'agit d'une sélection de dédicaces où l'on trouve, essentiellement les Grands Noms avec heure et lieu de dédicace, parfois agrémenté d'une photo. J'ajoute aussi qu'il y a une page pour les auteurs roumains et espagnols, une pour les BD et mangas. Oui le catalogue est claire et agréable à parcourir, mais il y a un mais...

Les années précédentes, il y avait un catalogue avec le nom de tous les auteurs présents, quels que soit leur maison d'édition (petite ou grosse) et tous ces auteurs étaient mis sur un pied d'égalité. Ce n'est pas le fait qu'ils soient sur ce pied d'égalité qui compte bien sûr, même si le changement de cette année pourrait laisser aller à divers propos qui n'ont (pourtant) pas lieu ici. Ce qui importe c'est que cela ne fut pas très pratique. Pour ma part, il y a pas certains auteurs que je voulais voir qui ne figuraient pas sur le catalogue. J'ai donc dû utiliser mon téléphone pour aller sur le site du salon voir si l'auteur était présent. C'était ça ou parcourir tous les stands... Mais un dimanche ça devient vite infernale. Mettre en avant les auteurs à succès, c'est tout à fait normal, c'est cela qui fait tourner un salon et ramène du monde, mais en tant que visiteur j'ai trouvé cela peu pratique.

        Maintenant passons à mes achats !!!! Je me suis restreinte à ne pas trop acheter au vu de ma PAL et du manque de place auquel je fais fasse chez moi. Si je n'ai acheté que 4 livres, par contre mon portefeuille lui s'en rends compte, car j'ai acheté 3 grands formats, et oui les auteurs roumains ça coûtent chers. En fait, à chaque salon, je me fais un devoir d'acheter un livre au moins du pays à l'honneur et de la ville invitée.

DSC01654.JPG

Et maintenant voici quelques photos. Au cours de mes pérégrinations, j'ai vu l'énorme file d'attente devant Marc Lévy, un soldat de l'armée impériale chaussé de basket (détail qui tue), Peter May, au stand Actes Sud, ainsi qu'une belle statue tournant sur elle-même d'Ironman. Après une pause déjeuner, j'ai l'impression qu'il y a plus de monde que jamais, et tout ce monde gravite autour des grandes maisons d'éditions tels qu'Albin Michel, Gallimard, etc. En photos voici donc Didier Van Cauwelaert et Pierre Lemaitre. Et un peu plus loin, vers 16h, après une conférence sur Barcelone dans la littérature avec Eduardo Mendoza, Mathias Enard et Albert Sanchez Pinol, j'ai aperçu Christian Jacq. J'ai été contente de voir l'auteur que j'ai suivi durant toute mon adolescence, passionnée que je suis d'Egypte ancienne.Bref une excellente journée !

DSC01646.JPG DSC01647.JPG DSC01648.JPG DSC01649.JPG DSC01650.JPG DSC01651.JPG DSC01653.JPG DSC01652.JPG

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Divers
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:30

emergency-911Résumé

 

À Bulls Mouth, Texas, quand on fait le 911, on tombe directement sur le Bureau du shérif. Collé derrière le central, son adjoint Ian passe ses journées à jouer aux cartes sur l’écran de son ordinateur tout en répondant aux rares appels d’urgence. Il faut dire qu’il n’a plus du flic que l’uniforme. Il y a sept ans, sa fille Maggie a été kidnappée dans sa chambre. L’enquête n’a rien donné et on n’a jamais retrouvé la moindre trace de la petite. Quelques mois plus tôt, elle a été déclarée morte. Depuis, Ian s’est mis à boire, sa femme l’a quitté et le shérif lui a retiré son arme de service.
Ce jour-là, il lui reste une heure à tirer quand il reçoit un coup de fil un peu spécial. “Je vous en prie, aidez-moi !” Ça fait sept ans qu’il n’a pas entendu sa voix, alors au début il ne la reconnaît pas. Pourtant c’est bien elle. Sa petite fille l’appelle au secours. Elle a réussi à s’échapper et à trouver une cabine téléphonique. Mais la conversation est brutalement écourtée. Son ravisseur vient de lui remettre la main dessus.
Il n’a à peu près rien : une description sommaire du kidnappeur et la localisation de la cabine, où un combiné doit se balancer au vent. Mais à peu près rien, c’est déjà quelque chose, et il ne laissera pas Maggie disparaître une seconde fois. Alors il prend son SIG Sauer, grimpe dans sa Mustang 1965 et part à sa recherche. Du Texas à la Californie, il enfile l’Interstate 10 à tombeau ouvert sur la trace du monstre qui lui a volé sa vie.

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

     Il est vrai que la quatrième de couverture dévoile beaucoup de choses : la situation de Ian, le kidnapping de sa fille Maggie, l'appel à l'aide de cette dernière et dès lors la ténacité de Ian pour retrouver sa fille, mais le plaisir de lecture est là.

      Tout d'abord, l'auteur fait intervenir dès le premier chapitre l'appel à l'aide de Maggie. C'est bien, l'intrigue démarre sans perdre un instant. Ian a tout perdu, sa femme, sa fille qui a été déclaré morte depuis peu, mais au fond de lui reste l'espoir, un espoir qui devient réalité. Dès lors, il sort de sa torpeur et n'aspire qu'à une chose la retrouver. L'auteur ne raconte pas une banale histoire de kidnapping qui finit bien (enfin ici ça finit bien selon le point de vue que l'on adopte), il va au delà dès lors que l'histoire se transforme en sanglante course poursuite. Aucun des deux partis (c'est-à-dire Ian et le kidnappeur) ne lâchera l'affaire tant que l'autre ne sera pas mort.

         Ryan David Jahn construit son roman de manière intéressante. C'est un roman à plusieurs voix : celle de Ian, de Diego (son collègue et ami), de Maggie, et du kidnappeur. Chacun s'exprime à tour de rôle ce qui nous fournit une vision globale et complète de l'histoire. Alors petite précision aussi, je dis kidnappeur pour ne pas vous dévoiler son nom, alors que l'auteur, lui, nous le dévoile dès le début. Et oui pas de surprise sur l'identité du méchant de l'histoire, mais si l'on n'a pas le plaisir d'un suspens à ce niveau, c'est parce que le parti est pris de creuser l'histoire de ce personnage, comme il va aussi creuser celles des autres protagonistes. C'est le point fort du livre, selon moi.

Le résultat est que l'on brûle que Ian coince ce sale type, que l'on encourage Maggie lors de ses tentatives d'évasion, mais que l'on ne peut s'empêcher d'éprouver de la pitié et de la colère envers le kidnappeur, ainsi que de la compassion pour la femme de ce dernier, qui semble d'une certaine façon innocente mais pas tant que ça en même temps. C'est un personnage soumis, un peu effacé par rapport à son mari et sa crédulité, le fait qu'elle soit simple d'esprit fait que j'ai plus eu de la compassion pour elle. Un tas de sentiments nous envahit au fil des pages, au fil de cette course poursuite. Un brin d'invraisemblance peut-être à la fin à cause d'une certaine blessure, mais bon je n'en tiendrais pas rigueur.

       Les citations celle de Beckett et de Nietzsche sont intéressante. J'ai une préférence pour la deuxième que je vous cite : "Ce qui est fait par amour toujours s'accomplit par-delà le bien et le mal". Il faut garder cette citation en tête tout au long du livre tant l'auteur la met bien en pratique.

        Petit mot sur l'écriture qui est vive, dans l'action, donc un bon rythme est insufflé à l'intrigue. L'auteur fait toutefois des parenthèses pour dévoiler le passé de ses personnages à des moments opportuns. J'ai aussi aimé le soin apporté aux chapitres de Maggie. Il y a de nombreux passages ou elle compte, elle répète plusieurs fois la même chose, pour se rassurer, pour ne plus penser parfois. Son enfermement laisse forcément des séquelles et se procéder l'aide. Par ailleurs, lorsqu'il le faut l'auteur y va franchement avec un vocabulaire cru dans certaines scènes, ce n'est pas pour rien si je parle de sanglante course poursuite...

         Bref, un bon moment de lecture passé la semaine dernière.

 

Vous aimerez peut-être :

giebel-ombre 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Policier et thriller
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 11:37

Pour rappel voici le livre :

9782352945277 J'ai lu ce livre au moment de sa sortie en octobre 2011.

Voici quelques phrases extraites de l'article que 'jai publié à l'époque pour vous donner une idée de mon avis sur ce livre : 

Il est particulièrement intéressant, qu'Isaac nous plonge dès les premières lignes dans ce monde dévasté, dont nous apprenons les règles au fur à mesure. Il ne nous raconte pas la fin du monde, ne bascule pas dans une morale mais émet l'idée que les règles et les mentalités peuvent changer.
Isaac Marion revisite le personnage du zombie. R est un personnage hors du commun. Il pense, il rêve, il s'interroge sur ses origines. Mais c'est sa rencontre avec Julie qui va véritablement marquer sa différence, car il décide de ne pas la tuer. Il va même la protéger et arrêter de se nourrir tout simplement.

Dans ce livre, je pense qu'il ne faut pas se concentrer sur l'histoire d'amour. Il faut voir au-delà. L'auteur a construit un roman sensible sur fond d'horreur. Car oui, la description de la chasse aux humains, de la dégustation du cerveau, très précise et crue, m'a fait faire la grimace à un moment. Enfin, aujourd'hui la tendance est d'humaniser les monstres, cela a dors-et-déjà touché les vampires. Dans ce roman c'est aussi le cas, mais ici l'auteur ne tombe pas dans le cliché d'une histoire romantique impossible. C'est un point qui méritait d'être souligné.

En cliquant sur l'image vous accèderez à l'intégralité de l'article.

 

Et le film mantenant !

warm bodiesQuand  j'ai appris sa sortie, je ne pouvais que me précipiter pour le voir. La bande-annonce était prometteuse et je ne suis pas déçue.

D'une durée d'environ 1h30, je ne me suis pas ennuyée un instant. Le souci avec certaines adaptations est la plupart du temps l'impasse qui est fait sur certains passages du livre ou des ajouts douteux, mais ici j'ai été agréablement satisfaite du résultat.

J'ai entendu pas mal de références à Twilght, mais version zombie, j'ai même lu dans la presse le journaliste écrire que le roman d'Isaac Marion était un roman jeunesse ! Très étonné, je tiens à rétablir que non ce n'est pas en roman jeunesse, mais bel et bien adulte !!! Oui les personnages, et donc les les acteurs, sont jeunes, oui il y a une histoire d'amour, mais le livre (et le film)  ne se résume pas à cela, fort heureusement !!!

Je souligne aussi la qualité de la bande son du film, je ris encore du moment où ils ont passé la chanson "Pretty woman"par exemple.

J'ai trouvé un site contenant une interview de l'auteur Isaac Marion(cliquez ici), qui parle de son livre, mais aussi de ce qu'il pense du film et, très important, il n'est pas d'accord avec l'image que les médias donnent de son livre en le comparant à Twilight et en le classant dans la catégorie Young adult. Rien de tel que la parole de l'auteur pour rétablir la vérité.

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Divers
commenter cet article