Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 08:01

eclipse-hiranoRésumé

 

Cette histoire au questionnement métaphysique sur fond de sorcellerie se déroule dans le xve siècle finissant du Sud de la France. Un jeune dominicain, en route vers Florence à la recherche d'un manuscrit perdu, fait halte dans un village sur lequel vont s'abattre des phénomènes inexplicables, plongeant la communauté dans le chaos. Hirano Keiichirô, jeune prodige de vingt-trois ans, écrit dans une langue traversée d'images fortes et étranges, au souffle poétique d'une grande beauté.

wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Ce sera la critique la plus courte jamais écrite sur ce blog. J'ai acheté ce livre au Salon du livre de Paris l'an dernier, emballée par l'histoire. Une lectrice m'en disait également du bien, donc je l'ai pris. Le récit commence bien. C'est un jeune dominiciain qui part à la recherche d'un manuscrit. Au fil de son périple, il fait des rencontres, le résumé promet du mystère, etc. Mais le style de 'lécriture très pompeux, très dense m'a totalement assomée, ou plutôt assoupie. Là je blague, je voulais faire un jeu de mots. Le fait de m'assoupir devant ne lui est pas totalement dû, il y a la fatigue du travail, mais j'ai abandonné ma lecture.

Pour que vous même ne restiez pas sur votre fin si vous espériez un avis de lecture digne de ce nom, je vous renvoie vers d'autres blogs :

  - Vent d'est

  - Nick Holme 's Paradise lost

  - Site de Xavier Plathey

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 14:57

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

J'ai été très déçue de l'Eclipse d'Hirano Keiichiro, que je n'ai pas fini. C'est une chose qui a dû m'arriver deux fois, pas plus.

Fatiguée par le boulot et prise par les achats de noël, je mets du temps à finir La vallée des ténèbres de P. Robinson, mais ce livre me plait beaucoup.

 

Ma lecture du moment

 La vallée des ténèbres, de Peter Robinson

 

Mes prochaines lectures

La nuit ne dure pas, d'Olivier Martinelli

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:32

je suis une legendeRésumé

 

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil...

Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.

Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

   J'ai été aussi emballée par cette lecture que par celle des Faucheurs sont les anges, d'Alden Bell (dans celui-ci ils s'agit de zombies par contre et non de vampires). Oui, je sais que ce livre est sorti en 1954. 1954 ?!!! Ce livre n'a vraiment pas pris une ride et aujourd'hui encore il touche des lecteurs. Il faut dire que les thématiques apocalyptiques séduisent ces derniers temps. Comme beaucoup, j'ai vu le film dans lequel a joué Will Smith (film que j'ai adoré) et cela m'a donné envie de lire le livre. Je suis frappée par les différences entre le livre et le film, mais cela ne m'a pas dérangé dans ma lecture, loin de là.

     Le livre se découpe en 3 parties intitulé Janvier 1976, Mars 1976 et pour la dernière Juin 1978. Dans la première partie, c'est en quelque sorte le déroulement des journées de Robert Neville qui nous est raconté. Lui vivant le jour, les autres (qui ne sont pas nommés au début, comme pour signifier le rejet de leur existence peut-être) se répandant dans les rues la nuit. On comprend bien vite que ceux qu'ils ne nomment pas sont des vampires, lorsqu'il cueille de l'ail, confectionne des pieux. La nuit, il les entend rôder autour de sa maison. Il boit, il met la musique très forte pour ne pas les entendre. Et il y a le personnage de Ben Cortman, qui lui demande chaque soir de sortir. C'est le seul à parler. Le lien entre Neville et Cortman va s'éclaircir dans les autres parties, de même que son lien avec Virginia et Kathy qu'il voit dans ses rêves.

    Dans le deuxième partie, Neville fait des expériences pour comprendre la maladie et peut-être trouver un remède. Ce qui m'a énormément plus ici, c'est la manière dont l'auteur analyse le mythe du vampire en faisant référence à Dracula, Van Helsing, aux croyances Moyen-âgeuse et à tous ce qui est censé repousser ou tuer le vampire selon les croyances populaire, c'est-à-dire : la croix, le miroir, le soleil, l'ail, le pieu. Neville reprend un à un ces points et va les analyser. C'est là que j'ai été bluffée par le récit. Il explique par exemple que la peur de la croix ne s'applique pas à des athées ou tout autre croyant que les chrétiens, la peur du miroir résulte d'un réflexe psychologique de rejet de leur nature de vampire, etc. Neville en vient aussi à se procurer des ouvrages de médecine, de physiologie, d'anatomie, un microscope. Il en vient à identifier la bacille, la cause de la transformation en vampire. Sa rencontre avec un chien va l'éloigner de ses recherches et lui rappeler à quel point la solitude est pesante. Mais comme il est écrit "l'idée de mettre fin à ses jours ne l'avait même jamais effleuré " (p.126), bien qu'il considère le combat qu'il mène comme vain. " La vie était-elle  donc plus forte que les mots et la volonté? Etait-ce la nature qui veillait à entretenir l'étincelle en lui, malgré  ses écarts de conduite ? "(p.126). Ce qu'il advient du chien et du lien que crée Neville avec, je vous laisse le découvrir.

Il y a une phrase (je suis contente d'avoir réussi à la retrouver) qui m'a marquée. Cette phrase a été écrite en 1954 et pourtant c'est tout à fait le genre de phrase qui s'applique à notre société aujourd'hui : "Vers la fin la presse à sensation avait répandu une crainte maladive des vampires aux quatre coins du pays.  Il se rappelait la débauche d'articles pseudo-scientifiques qui ne visaient qu'à entretenir la peur afin de stimuler les ventes. Il y avait quelque chose de sinistrement burlesque dans cette course effrénée au profit alors même que le monde était en train de mourir..." p.151. Pour faire une parenthèse, cela m'a fait pensé à ces émissions qui étaient diffusés sur la TNT, au sujet de la fin du monde, cet été. Et bien j'en avais regardé une partie par curiosité, elle m'a travaillée pendant quelques jours... Et quand je vois tous les livres qui sorte à ce sujet et à côté les horoscopes pour 2013... Bref, la recherche du profit... Mais revenons au livre, c'est blog littéraire ici !

     Dans la troisième partie du livre, il y a un retournement de situation. L'apparition d'une femme, chose impossible, et pourtant vraie, fait basculer toute les certitudes. Resterait-il d'autres humains ? Neville n'est pas naïf pour autant, et tient à s'assurer qu'elle n'est pas contaminée. Mais s'il s'avère qu'elle l'est, que fera-t-il? Un cas de conscience s'impose à lui. La femme, Ruth, se montre curieuse et cherche à savoir ce qu'il sait des vampires et il lui raconte ce qu'il a découvert. Cette rencontre va-t-elle être salutaire ou non pour Neville ? Est-il vraiment seul ? Non il ne l'est pas, mais malgré tout c'est la fin d'un monde dont il est le dernier représentant. Hors toute fin annonce le début de quelque chose d'autre. Je n'en dis pas plus, mais les deux dernières pages et la dernière phrase sont magnifiques.

A lire absolument !!!

 

Je me permets de vous suggérer deux lectures, dans le même registre, sauf que le monde n'est pas dévasté par l'apparition des vampires, mais des zombies. A noter que pour Vivants, l'originalité se situe dans le fait que c'est la vision du zombie qui nous est communiqué  :

Les faucheurs sont les anges couv   9782352945277

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Science-fiction
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 09:25

Therma-Romae-4Résumé

 

Dans ce 4ème volet, Rome est au plus mal. Aelius Caesar, le successeur annoncé d’Hadrien, vient de rendre son dernier soupir… Et pour couronner le tout, Lucius se retrouve une nouvelle fois transporté dans le temps pile au moment où l’empereur lui confie une mission capitale pour le maintien de la Pax Romana !

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Dans ce quatrième volume, Mari Yamazaki fait une nouvelle fois voyager Lucius au Japon, mais le voyage se prolonge plus qu'il ne le faudrait. En effet après plusieurs tentatives, toutes infructueuses, il est contraint de rester au Japon. Cette situation le désespère, car l'empereur lui a confié une mission capitale pour l'Empire.

    Coincé dans un centre thermale, Lucius a du mal à se faire comprendre. Heureusement, Satsuki, l'une des employés, se trouve justement avoir étudié le latin. Elle le prend vite pour un membre du clergé, mais les références à l'Empire romain la troublent. En effet il y a des incohérences dans les propos de Lucius par rapport à la situation de l'Italie de nos jours. J'ai bien aimé que l'auteure approfondisse le passé de Satsuki et sa fascination pour la Rome antique. Discuter avec Lucius est pour elle une chance.

    Grâce à Satsuki, Lucius trouve un travail. C'est bien entendu pour lui l'occasion de découvrir la télévision, le fax, le téléphone, etc. L'auteure ne tombe pas dans le cliché et ne donne qu'un exemple de réaction. Elle s'attarde davantage sur l'état de lamentation de Lucius qui découvre la puissance des "visages plats" ayant réussi à domestiquer la foudre de Jupiter.

      La fin de cet épisode m'a un peu moins plu. Dans les précédents, Mari Yamazaki avait réussi à instaurer un suspens, ici c'est une histoire étrange autour d'un cheval, qui s'est épris de Lucius, après les soins que celui-ci lui a apporté. Nul doute en tout cas que dans le prochain épisode, l'inquiétude de Lucius va encore croître. Déjà dans celui-ci, il craint que durant son absence des complots contre l'empereur éclatent. Arrivera-t-il à repartir ? Comment va évoluer sa relation avec Satsuki ?

    Un épisode intéressant qui permet à l'auteur de changer le rythme de la série. Mais j'espère qu'il va vite retrouver le chemin de Rome malgré tout.

La suite en janvier...

 

Mon avis sur les tomes précédents

thermae-romae-1-casterman  thermae  thermae-romae-tome-3

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Bande-dessinee - Manga
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 20:14

 

Polar, policier

 

Henri Loevenbruck et Frabrice Mazza, Sérum, saison 1, tome 6, J'ai Lu, sortie le 5 décembre

 

Paul C. Doherty, Les espions de Sobeck, 10/18, sortie le 6 décembre 

 Amerotke, grand juge de la salle des Deux Vérités, est une fois de plus appelé au Palais Impérial : Tekreth, Gardien de la Porte de Sobeck, a fait une chute mortelle depuis le toit de sa demeure. Selon toute évidence, iul s’agit d’un accident, mais la Reine Pharaon Hatusu n'en est pas convaincue. De plus en plus préoccupée par de mystérieuses disparitions le long du chemin de Sobeck, la route impériale qui s'étend vers le sud, elle pense que la mort de Tekreth pourrait faire partie d'un plus vaste problème. Amerotke a également entendu des rumeurs au sujet du Shemai, un culte voué à la mort qui serait entretenu sur les abords de Sobeck. Mais avant qu’Amerotke ait pu se pencher sur cette question, un ignoble massacre surgit dans la nécropole. Le cortège funèbre d’un scribe respecté, Ptulimis, est empoisonné et Amerotke doit immédiatement enquêter sur cette abomination. Il soupçonne que tous ces événements soient connectés et que de dangereuses forces soient à l'œuvre dans le royaume d’Hatusu. Amerotke parviendra-t-il à découvrir la vérité avant que l'Égypte ne soit envahie par le sinistre monde des enfers ?

 

Moussa Konaté, En route pour Tombouctou, Fayard noir, sortie le 19 décembre

Tombouctou, c’est le cœur de la région malienne des Touaregs, les hommes bleus.

Un matin, un jeune homme est retrouvé mort. Puis un deuxième, et un troisième dans la force de l’âge ! Il n’en faut pas davantage pour réveiller les vieilles rivalités. Mus par les valeurs ancestrales de dignité et de bravoure, deux clans ennemis se préparent à la guerre. Craignant que ce conflit ne dégénère et n’embrase le Nord du Mali, le gouverneur de la région en informe les autorités politiques de Bamako, qui envoient Habib et son fidèle Sosso sur les lieux. Mais les deux hommes, originaires du Sud du pays, ne connaissent rien des coutumes touaregs. Fidèle à ses principes, Habib veut garder la tête froide, pour éviter les conclusions hâtives.

L’affaire se corse lorsque les soupçons se portent sur AQMI, la branche maghrébine d’Al-Qaeda : et si les fondamentalistes musulmans s’en prenaient à leurs opposants ? La confusion est à son comble, car l’affaire prend des dimensions internationales. Les forces de Sécurité maliennes sont en état d’alerte, la France se positionne dans le Sahel, où le terrorisme semble s’être déplacé...

La clef, en réalité, se trouve cachée au fond de la culture. Confrontés à la mondialisation, les Touaregs sont menacés. Chassés vers la ville par la crise économique et climatique, leurs enfants bafouent les traditions. Le chef d’un clan touareg, une femme (les sociétés touaregs sont matriarcales), a commandité l’assassinat de jeunes hommes infidèles. Et son bras armé n’est autre que l’enfant de six ans, chargé de la distribution d’un thé... empoisonné.

Le célèbre commissaire Habib va une fois plus résoudre l’énigme. Surtout, il va découvrir une région totalement inconnue de lui, le long du fleuve Niger, ses paysages exceptionnels, son architecture, la vie quotidienne de ses habitants... A travers une enquête parfois dangereuse, le lecteur s’imprégnera lui aussi de la vie de ces populations diverses, parfois métissées, vivant dans le désert ou aux portes du désert, mais qui n’échappent pas pour autant à la marche du monde.

 

 

Science-fiction/fantasy

 

David Gemmel, Jon Shannow (intégrale), Bragelonne, sortie le 7 décembre 

Dans un monde où la civilisation a été remplacée par une ère de barbarie et de cruauté, un homme solitaire est en quête de rédemption. Son nom est Jon Shannow. Pour une raison qu’il ignore, il semble avoir éveillé la colère d’Abaddon, le chef d’une gigantesque armée de fanatiques religieux pratiquant le sacrifice humain afin d’apaiser les Pierres de Sang, morceaux d’étoiles dotés d’étranges pouvoirs. Mais Abaddon a commis une erreur : il a enlevé la seule femme qui compte aux yeux de Jon Shannow. Pour la sauver, l’homme errant est capable de remuer le ciel et la terre… et l’enfer.


Alexandre Malagoli, Genesia (Intégrale), Bargelonne, sortie le 7 décembre

Evan, un jeune berger sans histoires, se retrouve sur les routes après que les inquisiteurs ont rasé son paisible village du royaume d’Orlande. Caessia, princesse de Tireldi, connaît les mêmes péripéties lorsqu’elle fuit sa maison pour échapper à un mariage arrangé. L’ombre des Anciens Rois semble se refermer sur eux tandis qu’Evan et Caessia s’efforcent d’échapper aux ennemis lancés à leurs trousses, ainsi qu’à la magie qui les harcèle.

Leur destin est lié à Sorcelame, l’épée envoûtée, tout comme l’avenir entier de Genesia…

 

Andrej Sapkowski, Le scorceleur, tome 7, La dame du lac, Milady, sortie le 7 décembre

 

Steve Lyons, Doctor Who, Les voleurs de rêves, Milady, sortie le 7 décembre

 

 

Manga/ BD

 

Le cycle de feu, deuxième partie, Okko (tome 8), Hub, Delcourt, sortie le 5 décembre

Terres lointaines, Léo Icar, Dargaud, sortie le 2 décembre

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Les sorties littéraires mois après mois
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 20:06

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

Je suis une légende, de Richard Matheson, fut mon livre préféré, de loin et de très très loin

Ce livre est tout simplement extraordinaire.

 

Ma lecture du moment

        Eclipse, de Hirano Keiichro

 

Mes prochaines lectures

    Certainement La vallée des ténèbres, de Peter Robinson

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:38

jim morrison-copie-1Résumé

 

Jim Morrison Funambule rock Jim Morrison, leader et chanteur du groupe The Doors, sex-symbol provocant, icône des années soixante et symbole du vent de révolte soufflant sur la jeunesse de son époque... Féru de littérature, de poésie et de cinéma d'auteur, l'Apollon du rock a marqué les esprits par son comportement rebelle et son engagement intellectuel. Le « poète maudit » influencé par Rimbaud disparaît à 27 ans, restant encore aujourd'hui une idole du rock.., « We want the world and we want it... We want the word and we want it... Now ! Music is your only friend until the end, until the end, until the end. » (When The Music's Over) Voix réprimée d'adolescent. Voix étranglée, gémissement ou cri. Voix de la jeunesse américaine, opprimée par une morale conservatrice et frustrée par la société de consommation, qui a trouvé le rock pour crier. Métaphore de la vie de Morrison, de son féroce appétit de vivre...

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Stéphane Letourneur a écrit divers titres sur des musiciens et chanteurs célèbres tels que Bob Marley ou encore Jimi Hendrix, tous parus chez Oskar édition. Ici, c'est de Jim Morrison, chanteur de The Doors, qu'il s'agit.

      Il s'agit ici d'une biographie romancée de ce chanteur et poète. Une biographie d'où se dégage tout de même un ton plutôt analytique. L'auteur commence par raconter la mort du chanteur, pour revenir à son adolescence et au début de sa carrière.

    La vie de Jim Morrison, sa passion pour la poésie, son engagement, son comportement rebelle  sont des sujets centraux ici, de même que ses influences littéraires et cinématographiques. Je citerai par exemple le mouvement de la Beat Generation (Jack Kerouac) et des écrivain français tels que Sartre, Camus ou Arthur Rimbaud.

    Les différents chapitres mettent en avant la formation du groupe The Doors, le caractére impulsif et imprévisible de Jim, ce qui crée des dissensions dans le groupe. Jim est une personne engagée, en révolte contre ce qu'il se passe (guerre du Vietnam par exemple). Ses paroles reflètent cela, de même que ses actes qui ont de graves conséquences sur le groupe. Au fil de livre, l'auteur met en corrélation des brides de paroles avec des moments de vie de Jim Morrison, parfois en les commentant. C'est cet aspect du récit qui confère au livre cette tonalité analytique plus que romanesque.

    Autre sujet abordé c'est le club des 27. Il y a un an, c'est avec la mort de Amy Whinehouse que l'on en a reparlé. Dans le roman, il en est également fait mention avec la mort de Jimi Hendrix ou Janis Joplin par exemple. " Vous buvez un coup avec le numéro 3" dit Jim page 107.

    Voici donc un livre intéressant et bien que paru chez un éditeur jeunesse, peut tout aussi plaire à des lecteurs majeurs et vaccinés. Il existe une autre  édition de ce livre aux éditions Oslo. La vie de Jim Morrison m'a touchée dans le sens où ce fut une personne torturée à plusieurs niveaux. L'auteur a bien retranscri cette facette de Jim. De plus, devenu grande star du rock, il aurait préféré qu'on le considère comme un poète. Même sur sa tombe au Père Lachaise, il est juste nommé chanteur. (cf le dossier à la fin qui apporte quelques précisions sur l'époque, le mouvement hippies, le vie de Jim à Paris, etc).

 

A noter que ce livre figure dans la sélection pour le prix des ados du Salon Livres et Musiques 2013 de Deauville

 

 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature ados-jeunes adultes
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 09:29

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

Mes livres préférés sont le tome 1 et 2 des Imortels de Michel Pagel

 

Ma lecture du moment

    Jim Morrison, Funambule rock, de Stéphane Letourneur

 

Mes prochaines lectures

Je ne sais pas encore...

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 08:58

home morrisonRésumé

 

Toni Morrison nous plonge dans l'Amérique des années 1950.

 

« Home est un roman tout en retenue. Magistral. [...] Écrit dans un style percutant, il est d'une simplicité trompeuse. Ce conte au calme terrifiant regroupe tous les thèmes les plus explosifs que Morrison a déjà explorés. Elle n'a jamais fait preuve d'autant de concision. C'est pourtant dans cette concision qu'elle démontre toute l'étendue et la force de son écriture. »

The Washington Post

 

wpe106wpe106

wpe106

 

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

   Avec une telle quatrième de couverture, il est difficile d'avoir une idée de ce dont parle le livre, si nous n'avons pas entendu ou lu des choses sur lui auparavant. Il est de plus en plus courant de mettre des citations soit de journaux ou d'auteurs renommés en quatrième de couverture afin de vanter les mérites d'un livre. Pour ma part, je n'y accorde que peu de crédit, n'étant pas toujours d'accord avec elle. Et par exemple, cette citation du Washington Post fait que le lecteur a une très haute opinion du livre avant même de l'avoir lu.

   Une fois cette pépite en main, à la couverture plutôt sobre, je tâche de faire fi de la quatrième de couverture.

    Home est l'histoire de Frank Money, un vétéran de la guerre de Corée, revenu aux Etats-Unis depuis environ un an. Il tente de refaire sa vie, mais le peut-il lui alors que les souvenirs de la guerre le hantent, alors que ses deux camarades sont morts et lui bien en vie. A son retour, il retrouve Lily, mais l'inactivité de Frank a raison de ses sentiments. " La vie avec Frank avait été merveilleuse au début. Son effondrement tenait plus d'un accident de parcours que d'une éruption unique." C'est alors qu'il reçoit un message lui apprenant que sa soeur est très malade.

    Home est aussi l'histoire de Ycidra, dite Cee, la soeur de Frank. Très jeune, elle est partie du foyer familiale pour vivre à Atlanta, avec un jeune homme et la voiture de son grand-père pour ne plus revenir. Vivant seule, elle trouve du travail, mais en change pour travailler chez un médecin pas très net au final. Ce médecin va en effet faire des sortes d'expérience sur elle, suite à quoi elle tombe terribblement malade. C'est grâce à l'appel de Sarah, une autre employée, à Frank que Cee en réchappe.

    Home c'est aussi l'histoire de Lily qui tente de se construire une vie grâce à ses talents de couturière, son rêve étant de devenir costumière. Avec Frank, elle a aussi tenté de construire un foyer pour eux, mais le soulagement lorsqu'il est parti s'occuper de sa soeur l'emporte. " Dans l'espace vide laissé par Frank Money scintillait de l'argent bien réel. Qui pouvait se méprendre sur un signe aussi évident ? "

   Home enfin l'histoire de Lenore, cette grand-mère irrascible qui se remarie avec Salem, qui retapera sa maison. Elle va devoir cohabiter avec les enfants et petits-enfant de son mari à contre-coeur. Lenore ne sait jamais senti chez elle et n'a jamais fait en sorte de s'intégrer à Lotus.

    Le point commun entre ses personnages est la recherche d'un endroit où se sentir chez soi. Malgré tout ce qu'ils ont vécu, la guerre de Corée pour Frank, le départ de son ami et le fait de vivre seule pour Cee, c'est finalement dans l'endroit qu'ils avaient "jadis haï" qu'ils se sentent chez eux, dans un endroit "à la fois nouveau et ancien, sûr et exigeant". Mais la mise en scène de ses perosnnages sont bien entendu l'occasion de traiter du racisme, de la misère et du traitement des afro-américains à l'époque. Il y a quelques scènes marquantes comme celle où Cee se voit refuser un logement à cause de ses origines.

    Toni Morrison développe l'histoire personnelle de tous ses personnages dans des chapitres individuels. Je me suis ainsi bien attachée à ses personnages, sauf Lenore qui est peu aimable.  Elle a une écriture a priori simple et franche. Elle ne se perd pas en vaines descriptions, donc je suppose que oui on peut parler de concision. Après n'ayant jamais lu d'autres romans de cette auteure, je ne peux confirmer ce qui est dit en quatrième de couverture. Ces personnages m'ont touchée certes, j'ai été sensible à leurs histoires personnelles, mais ce livre ne m'a pas laissé une trace indélibile les quelques jours suivants ma lecture.

 

Livre lu dans le cadre du Match de la rentrée littéraire avec Priceminister

match-Rentree-Litterraire-V2-logo.jpg

Merci de m'avoir permis de découvrir ce livre

 

La note : 13/20

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 12:14

Immortels 1Résumé

 

L'histoire commence en 3200 avant Jésus-Christ à Sumer, à l'époque de l'invention de l'écriture. Deux frères -les mages Alad et Eneresh -reçoivent des dieux le don de l'immortalité. Croyant avoir éliminé Alad, Eneresh gravit les échelons du pouvoir jusqu'à devenir le personnage le plus puissant de Sumer, après le roi. Alors que les Sumériens sont menacés par les armées de Sargon, Eneresh fomente un coup d'Etat avec l'aide de la propre fille du roi, devenue sa maîtresse. Mais en dépit de pouvoirs effrayants, le mage va devoir faire face à un adversaire inattendu : son frère Alad.

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

 

les-immortels,-tome-2---les-mages-du-nil-63338-250-400Résumé

 

Contraints de fuir Sumer, Eneresh et les siens se réfugient en Egypte, où ils sollicitent l'appui du pharaon Mérenrê II, un être faible, dominé par son épouse Nitocris et son beau-frère Sahoumaât, gouverneur de la puissante province de Bubastis. Ils se retrouvent bientôt au cœur d'un complot, sous la menace des hommes-chats du Nil, une société secrète dédiée à la déesse Bastet et dont les visées restent obscures.

A la poursuite d'Eneresh, Alad, sa compagne Asilmyne et ses compagnons Pirig et Nadua plongent à leur tour dans ce jeu de pouvoir au sein duquel les hommes, une fois encore, ne sont que les instruments des dieux. Aucun d'eux n'en sortira indemne.

Sur les traces des immortels, une évocation épique de l'Egypte de la VIe dynastie, de la cruauté et de la noblesse de sa civilisation.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

   Voilà bien longtemps que je n'ai pas lu de fantasy. J'adore ce genre littéraire pour l'évasion qu'il procure. Alors quand je croise un livre de ce genre et qui en plus de cela se déroule en Antiquité et plus particulièrement à Sumer puis en Egypte, que du bonheur !

   Mais revenons aux Immortels de Michel Pagel. Ce cycle se compose de 2 tomes. Sur internet, j'ai lu par moment la mention "premier cycle", alors y en aurait-il un deuxième ? Je n'ai rien trouvé allant dans ce sens, mais je vous avouerais que si l'auteur décide de faire revivre ses personnages plus tard, par exemple sous l'Empire romain (ou ailleurs) je lirais assurément cette suite.

   Comme le dit si bien le résumé, au XXXe siècle avant J.C., les mages Eneresh et Alad (deux frères) partent en mission pour l'En de Sumer Tukulgal afin de quérir l'immortalité en son nom et de la lui transmettre. Hors dès l'obtention de cette immortalité, Eneresh refuse d'honorer son serment. Ambitieux, il veut dominer le monde en l'honneur d'Innana. Mais Alad, jeune frère un peu naïf et très droit, refuse et s'en va en pleine nuit.

   Ce qu'il faut savoir sur les immortels de ce roman est qu'ils en sont pas immunisés contre les maladies, ils ne vieillissent pas, ils n'ont pas besoin de dormir, manger et boire chaque jour (ce qui peut être utile à certain moment), ils perdent physiquement six ans à chaque fois qu'ils donnent l'immortalité, et peuvent mourir si on leur affligent une blessure mortelle (coup dans le coeur, décapitation), des autres blessures, leurs chairs se régénèrent.

    Après cette introduction, l'histoire reprend au XXIVe siècle. Eneresh est devenu En et officie sous le règle de Lugalzagesi. Son fidèle protecteur Gurunkash, à qui il a transmis l'immortalité, est toujours à ses côtés. Eneresh convoite le trône de son roi et complote pour se l'octroyer. Il va trouver en Ershemma, la fille du roi, une complice inattendue. Devenue sa maitresse, elle est manipulatrice, calculatrice et ambitieuse, une femme à la hauteur d'Eneresh. Ils ont un plan bien précis, mais un ennemi imprévu va faire son apparition. Pour le lecteur ce qui fut une surprise ce fut la façon dont l'auteur le fait réapparaitre, et non le fait qu'il veuille contrer son frère. Il va contrer le plan de son frère en sauvant Nadua et Pirig, des personnes choisies comme subtituts royales destinés à être sacrifié aux dieux. A ce moment, Eneresh apprend que son frère est encore en vie et sait que rien ne se déroulera comme prévu. En effet, le plan d'Enresh échoue (je vous épargne les détails) , et où qu'il aille il peut être sûr de trouver Alad et ses compagnons sur sa route.

    Petites précisions sur les compagnons d'Alad. Il y a Asylmine, fille des forêts et compagne d'Alad. Elle épaule Alad mais sa mission est aussi de s'assurer qu'il tienne son serment et tue son frère. Nadua et Pirig (devenue l'esclave de cette dernière) décident de les suivre afin de venger la mort de leur proche ordonné par Enresh. Nadua est un personnage qui s'affirme, devient plus dure, plus froide, à cause de ce qu'elle a vécu et subie. Ses fêlures sont développés et la façonne. De même Pirig, personne de soumis, soumis à l'autorité toute sa vie durant et n'arrive pas à s'en émanciper.

   On retrouve tous ses personnages dans le deuxième tome. Ce deuxième tome recèle plus de surprises et de rebondissements. Ce que j'ai apprécié ici c'est que les deux clans (Eneresh, Ershemma et Gurunkash d'un côté et Alad, Asylmine, Nadua et Pirig de l'autre) vont devoir faire fi de leur haine pour s'allier. Cette alliance sera pleine de surprises notamment vis-à-vis du rapport entre Nadua et Gurunkash. Le rapport aux dieux et notamment à Innana est toujours aussi présent ici. Des éclairages sont apportés par rapport à cela. Il existe une poignée d'êtres supérieurs qui s'attribuent le nom des dieux créent par les hommes, tout ceci dans le but d'être le plus puissant. Ainsi Innana est Ptah en Egypte. Ce qu'il faut aussi préciser est que la quête de pouvoir d'Eneresh se retrouve mise entre parenthèse à partir du moment où il rejoint Alad et où la priorité est de s'en sortir vivant. Si Alad n'arrive pas à tuer son frère, et il va payer pour cette faiblesse, il n'en oublie pas de tout faire pour l'empêcher d'accomplir son dessein. La fin est ouverte. Je ne vous la dévoilerais pas bien entendu, mais elle peut laisser penser qu'une suite est possible.

   Je me suis bien attachée à ses personnages, même si dans la cas d'Alad ou de Pirig j'ai eu envie de les secouer. Alad est faible, lâche par certains côtés, à tel point que certains personnages en viennent à mépriser ce trait de caractère. Je pense aussi que le premier tome notamment était un peu plat dans le ton, la description, cela faisant que je n'ai pas été autant captivé au point de ne plus lâcher ce livre. Dans le deuxième tome cela s'est par contre amélioré à mon goût. J'ai par ailleurs bien aimé cet univers avec les êtres de l'eau, des forêts, des pierres (etc), les interventions d'Innana. Au final, Eneresh et Alad sont au coeur de ce conflit entre divinités et sont des instruments : Eneresh voulant offrir le monde à sa déesse et Alad voulant le contrer en ne se réclamant d'aucun dieu.

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Fantasy
commenter cet article