Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au café littéraire de Céline
  • Au café littéraire de Céline
  • : Je suis passionnée de littérature en tout genre. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes lectures et j'espère que vous en ferez autant en me communiquant vos coups de coeur. J'aimerais faire de ce blog, un lieu d'échange. Alors bienvenue à tous !
  • Contact

Articles à venir

Dorénavant, je vous donne rendez-vous sur http://aucafelitterairedeceline.wordpress.com pour lire mes critiques A bientôt

Archives

Sur Babelio

Mes livres sur Babelio.com

Aucafelitterairede Céline

Créez votre badge">

4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:23

philosophe qui n'était pas sageRésumé

 

Deux destins qui s affrontent, deux conceptions de la vie que tout oppose.

 La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant l entrée de sa hutte, Élianta tourna les yeux vers Sandro qui s avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l on disait philosophe, s acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions... Qu avaient-ils fait pour mériter ça ? D'heure en heure, Élianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Un roman captivant, plein d humour, de sens et de suspense. Une histoire surprenante qui cache une subtile remise en cause de notre société.

wpe106wpe106

 

Avis de lecture

 

   C'est le premier roman de Laurent Gounelle que je lis. J'étais emballée par le sujet. En ce moment, depuis la lecture de Beau parleur de Jesse Kellerman, il me plait de lire des romans faisant référence à la philosophie. Une petite lubie qui me conduit d'ailleurs à lire la Philosophie pour les nuls, c'est fou l'impact d'un roman parfois. Bref, je remercie Babelio de m'avoir permis de découvrir cet auteur.

    Laurent Gounelle a une écriture très fluide, habile dans les détails et les descriptions qui m'a beaucoup plu. Il attaque le roman en nous annonçant le départ de Sandro pour la forêt amazonienne, où sa femme est morte. Sandro, professeur de philosophie, ne s'est pas remis de sa mort et décide de partir sur les traces de sa femme, à la rencontre de ceux qui seraient responsables de sa mort. Il se fait accompagner par 4 hommes, des sortes de mercenaires, ceux-là même qui auraient découvert le corps de sa femme, pour le mener auprès des indiens.

    Sandro propose très vite un marché à ses guides : l'aider à accomplir sa vengeance sur ce peuple. La récompense et l'envie de laisser cours à la violence qu'ils ont en eux les amène à accepter ce marché. Détruire ce village ne leur pose aucun souci de conscience. Les guides se livrent à une "surenchère d'horreur" pour utiliser les termes de l'auteur, aboutissant à la mort et la souffrance physique des indiens, mais Sandro refuse cette alternative. "Ce que je veux, c'est les rendre malheureux chaque heure, chaque minute, chaque seconde de leur vie, jusqu'à la fin de leurs jours", dit Sandro.

    A leur arrivée au village, ils construisirent des huttes, Sandro ayant la sienne. Malade les premiers jours, il ne rentre pas en contact avec les indiens et ne souhaitera pas le faire une fois guéri. Cet isolement le pèsera beaucoup cependant par la suite. C'est donc à Krakus, le meneur, qu'il va délivrer ses instructions afin d'accomplir son dessein. Mais comment rendre malheureux des personnes que peu de choses semblent atteindre, vivant en harmonie dans le présent, avec la nature et loin de toute préoccupation matérialiste ? Krakus semble désemparé mais les conseils de Sandro vont l'aider et peu à peu il va réussir à changer le comportement des indiens. J'ai trouvé cela parfois bien simpliste et un peu tordu l'idée de cette vengeance, mais je n'ai pas pour autant eu envie d'arrêter ma lecture pour savoir comment cela aboutirait. Krakus est à fond dans son rôle tandis que ses comparses s'ennuie ferme et veulent partir. Exclus mais surtout désintéressés de cette opération, ils préfèrerait en finir à coup de fusil.

    On sent parallèlement un flou autour de la mort de la femme de Sandro. Les circonstances ne nous sont pas dévoilées d'emblée et finalement on apprend la vérité. L'idée d'un sacrifice à un dieu m'avait paru bizarre, mais je ne m'étais pas plus attardée là-dessus, si bien que j'ai été surprise d'apprendre la vérité. C'est ainsi que Sandro se trouve piégé par un Krakus qui refuse de partir sans finir le travail et menace de toucher à Elianta (la chamane et la seule à s'être méfiée de ses étrangers) s'il n'arrive pas à ses fins.

     Laurent Gounelle oppose ici deux conceptions de la vie très différentes. Le mode de vie occidentale apparaissant tout de même bien négatif. La critique du matérialisme, de notre conception de vie individualiste n'est pas neuve. Les références à Marc Aurèle, à l'influence des théories de Darwin sur notre société sont des petites choses intéressantes dans le récit, de même les dialogues teintés d'humour, notamment lors des échanges entre Krakus et un indien, sont plaisants à lire, mais ne changent pas le fait que j'ai trouvé l'intrigue globalement simpliste.

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature française
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 17:09

Roman

 

La couleur des sentiments, Kathryn Stockett, Actes Sud (poche), sortie le 7 novembre

 

Prince de la brume, Carlos Ruiz Zafon, Pocket, sortie le 8 novembre

  

En haut à gauche, Erri de Luca, Gallimard, sortie le 2 novembre

 

La promenade des russes, Véronique Olmi, Livre de poche, sortie le 7 novembre

L'héroïne  de ce roman est une très jeune fille, Sonia, qui vit à Nice avec sa grand-mère russe. Comme toutes les "babouchkas" de la Côte d'Azur (lieu d'exil favori des Russes blancs après laRévolution d'octobre), celle-ci se partage entre samovars, rêveries et nostalgie du 'paradis perdu'. De fait, la petite Sonia ne sait pas vraiment à quel monde elle appartient : celui de sa réalité quotidienne, avec une mer trop bleue et les commerçants de la vieille ville ? Ou celui de ses songes, orchestrés par sa babouchka, avec ses neiges étincelantes et ses fastes tsaristes ? Prudente, elle s'est donc réfugiée dans un imaginaire très personnalisé où l'on retrouve les héroïnes romanesques de Daphné du Maurier et le "Mystère d'Anastasia" - cette jeune princesse qui, dit-on, échappa au massacre de la famille impériale...  Pour explorer, du rire aux larmes, les déroutants méandres du cœur humain. Virtuose.

     

 

Thriller

 

L'odyssée de Noël, Anne perry, 10/18, sortie le 8 novembre

En 1864, dix jours avant Noël, le riche James Wentworth décide de recruter son ami, Henry Rathbone, pour retrouver son fils Lucien. Pris d’une passion dévorante pour une belle jeune femme nommée Shadwell, le jeune homme est plongé dans un monde de dépravation et de violence où les trafiquants de tout poil font loi. Rathbone ne connaît rien à ce milieu interlope et sensuel où Lucian passe son temps, aussi recrute-t-il à la clinique médicale de Hester Monk deux compagnons qui y naviguent avec aisance : Squeaky Robinson, un maquereau repenti, et Crow, un mystérieux docteur qui ne refuse de soins à personne, même aux pires crapules. A ceux-ci s’ajoute une recrue précieuse : la jeune Bessie, une adolescente qui fait preuve de courage même aux tréfonds des mauvais quartiers. À quatre, ils devront faire face aux pires travers de l’humanité dans une quête qui les mènera des taudis de Londres aux demeures luxueuses des nantis.

 

 

Science-fiction / Fantasy

 

Un levée de ténèbres, Robert Jordan, Bragelonne, sortie le 23 novembre

 

Manhattan à l'envers, Peter F. Hamilton, Bragelonne, sortie le 23 novembre

 

La quête des livres-mondes (3 tomes), de Carina Rozenfeld, Edition Atlante, sortie le 23 novembre pour les trois tomes

Zec a seize ans et vit une adolescence parfaitement normale… jusqu’au jour où, à l’issue d’une nuit agitée, des ailes lui poussent dans le dos. Zec apprend bientôt qu’il est originaire d’une planète disparue dans le néant à cause de l’Avaleur de Mondes, et qu’il a pour mission de la ressusciter. Aidé d’Éden, une jeune fille ailée comme lui, il doit retrouver les trois Livres-Monde, cachés sur la Terre, où sont enregistrés les âmes, les lieux et l’histoire de ce monde perdu.
Mais cette quête s’annonce hautement dangereuse car l’Avaleur de Mondes est bien décidé à terminer ce qu’il a commencé…
Premier volet d’une trilogie fantastique, Le Livre des Âmes est une étourdissante variation sur le thème du superhéros.  

 

 

Néphilim, intégrale tome 2, L'Eveil, Fabien Clavel, Mnémos, sortie le 20 novembre

 

Littérature ados-jeunes adultes

 

Oksa Pollock, tome 5, Le règne des félons, de Anne Plichota, Cendrine Wolf, Xo éditions, sortie le 8 novembre

La finale, tome 4,de Becca Fitzpatrick, Le Masque, sortie le 7 novembre

Oksa et les Sauve-qui-Peut sont de retour dans la maison londonienne des Pollock, au grand soulagement des Refoulés. Mais Orthon et ses fils se sont glissés parmi eux lors de la traversée du portail d’édéfia.
Alors que les Sauve-qui-Peut entreprennent de soigner Gus et Marie en danger de mort, Orthon met en place une véritable armée sur une plate-forme au large du Groenland. Son but : infiltrer les principaux gouvernements pour prendre le pouvoir par la manipulation, le chantage et la soumission psychologique. Parallèlement, dans sa mégalomanie, il utilise à sa guise son fils biologique, Tugdual.

Déterminée comme jamais, Oksa va se lancer dans cette redoutable aventure, alors que son cœur est soumis à rude épreuve, partagé entre l’espoir de sauver Tugdual et l’évolution de ses sentiments envers Gus.

A.N.G.E, tome 6, Tribulare, d'Anne Robillard, Michel Lafon, sortie le 15 novembre


Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Les sorties littéraires mois après mois
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 17:02

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

Mon livre préféré fut L'arche de Noé, de Khaled Al-Khamissi

 

Ma lecture du moment

Le tome 2 des Immortels de Michel Pagel

 

Mes prochaines lectures

Home de Toni Morrison

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 20:30

arche de noe Al Khamissi Résumé

 

Khaled Al Khamissi campe douze personnages, hommes et femmes, dont les destins se sont croisés avant ou après avoir émigré ou tenté de le faire. À travers eux est révélée une société minée par la corruption, la répression politique, les discriminations confessionnelles ou ethniques. Une société sur le point d’exploser. À la lumière des événements de 2011 en Égypte et dans le monde arabe, ce second ouvrage (paru en 2009) de l’auteur de Taxi frappe par sa puissance prémonitoire.

wpe106wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

Ce deuxième livre de Khaled Al-Khamissi m'a vraiment touchée. Le résumé nous dit tout avec une exactitude sans exagération sur ce à quoi il faut s'attendre. C'est une palette de personnages tous différents - par le milieu dont ils sont issus, leur profession et même leur religion - et représentatifs de la société égyptienne, que nous livre l'auteur. Voici une petite liste de ces personnages ainsi qu'un bref descriptif de leur situation pour vous donner un aperçu :

    - Ahmad Ezzedine : jeune homme licencié de droit, désespérant de faire carrière et n'ayant pas les moyens de payer des pots-de-vin. Il comptait sur un mariage blanc pour fuir l'Egypte et rompt avec sa fiancée, Hagar, mais finalement ce mariage blanc n'aura pas lieu.

    - Hagar Mostafa : effondrée par sa rupture avec Ahmad. Son père la fiance à un égyptien vivant aux Etats-Unis. Elle part là-bas le retrouver, malheureuse.

    - Abd-al-Latif Awad : surnommé Tifa. Bras droit de Ayman, le mari de Hagar. Il travaille dans le restaurant de ce dernier, avant de se mettre au service d'un homme douteux (Akram al-Mongui). Il raconte son périple pour entrer au Etats-Unis.

    - Farid al-Mongui : fils d'Akram al-Mongui, en visite chez son père au Etats-Unis, étudiant à Londres

   - Mortada al-Baroudi : professeur de philosophie à Londres. Farid est un de ses élèves. Parallèlement à son mariage avec Deborah, une londonnienne, il nous raconte son passé en tant que professeur dans une université au Caire, ce qui l'a entre autre poussé à partir.

    - Yassine al-Baroudi : cousin de Mortada. Il a un travail d'enseignant et une femme mais songe souvent à quitter l'Egypte. Quand il passe à l'acte, il échoue, assiste à la mort de plusieurs immigrants comme lui et finit en prison en Libye avant de revenir en Egypte.

    - Nevine Adly : une chirurgienne copte au Caire. Elle a reçu la visite de Yassine qui lui proposait son rein en échange de sa fuite d'Egypte. C'était une méprise et elle le renvoie, cette rencontre la chamboule. "Je ne peux accepter qu'ils vivent comme des étrangers  sur leur propre terre" phrase illustrant le malaise de cette communauté. Suite à une agression, elle décide de faire une demande d'émigration au Canada, une garantie de pouvoir fuir en cas de crise.

    - Talaat Zohni : ami de Nabil, le mari de Nevine. Emigré au Etats-Unis, met vivant maintenant au Koweit. Il reste très attaché à l'Egypte et ne s'est jamais senti chez lui là-bas. On retrouve aussi dans ce chapitre Tifa.

   - Hassouna Sabri : jeune nubien d'Assouan proposant des balades en felouque. Il emmène Mortada, Déborah ainsi que son frère dans une balade sur le Nil. Les nubiens semblent mis au banc par la nouvelle société, ce peuple jadis agriculteur dépend désormais des tour-operateurs. Il prédit la disparition de la langue nubienne et à terme de la civilisation si rien n'est fait pour préserver ce qu'il en reste. Citation intéressante " Ailleurs nous sommes les parasites d'autres civilisations, tandis qu'ici, la civilisation, c'est nous". Pour partir est le seul moyen pour revenir riche et être plus fort et faire entendre sa voix nubienne jusqu'au Caire.

    - Mabrouk Al-Ménoufi: un passeur qui voit mourir sous ses yeux Nabry qui venait se renseigner pour partir d'Egypte. Il se dit bienfaiteur et déclare rendre service à l'Egypte.

    - Sanaa Mahrane : Mabrouk l'a aidé à partir aux Emirats. C'est une prostituée qui finit par arriver en Europe de l'Est, mais ce voyage a un pris, qu'elle va devoir payer.

    Le dernier chapitre, qui s'intitule Retour à la ligne boucle la boucle, car c'est comme cela qu'est conçu ce livre, je cite : "j'ai décidé d'écrire toutes les histoires de ceux qui avaient embarqué sur l'Arche de Noé ou qui s'apprêtaient à le faire, à commencer par Ahmad Ezzedine". Ainsi j'aurais très bien pu reprendre au premier chapitre. Moi qui a la fin de certain chapitre désespérait de ne savoir ce que devenaient certains personnages, ce dernier chapitre m'a totalement satisfait.

  Le terme "Arche de Noé" apparait quelques fois dans le livre, surtout à la fin où un éclairage y est apporté. Le monde hors de l'Egypte est perçu comme un arche de Noé, un moyen de survivre au déluge qui s'abat sur l'Egypte. La fuite apparait comme le meilleur moyen de survivre et de faire vivre la famille restée au pays. Mais ce chemin n'est pas toujours sans risque... Malgré tout, l'émigration bien que dans la plupart des cas fut choisie, elle peut être source de nostalgie.

   Je ferai pour finir un parallèle quelque peu audacieux peut-être mais, à mon sens, justifié, entre ce livre-ci et Planète à louer de Yoss. L'un est un livre complètement ancré dans notre société, l'autre dans le futur, un univers de science-fiction. A priori rien à voir et pourtant ces deux livres ont en commun des personnages ayant le désir de fuir leur pays, leur monde, une terre qui ne leur propose plus aucun avenir, la fuite apparait alors salutaire et porteuse d'espoir. Yoss, auteur cubain, a utilisé la science-fiction pour parler de la société cubaine, on y retrouve le thème de l'émigration, la prostitution par exemple, des thèmes traités par l'auteur égyptien. Ce petit parallèle pour illustrer la diversité des moyens utilisés par les auteurs et les formes que peuvent prendre une oeuvre engagée.


   En bref, L'Arche de Noé est un livre à lire absolument. Si vous êtes amateur de littérature arabe, je vous propose aussi de lire ceci :

  Royaume de cette terre

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature étrangère
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 09:25

    Après vote, Barcelone a été élu capitale pour la 2e édition du challenge Les capitales du monde. Ce challenge se déroulera du 16 actobre 2012 au 16 octobre 2013. Je rappelle le principe de ce challenge, qui n'est pas très contraignant :

   - Lire un livre d'un auteur espagnol (tous les genres littéraires sont admis)

   - Lire un ou plusieurs livres se déroulant ou parlant de Barcelone: alors pour être plus précise, cela peut-être un roman (tous les genres sont acceptés), un récit de voyage, un livre d'histoire, une BD, un manga, bref la liste peut être longue. Ce qui compte c'est que cela en parle ou s'y déroule. Si une partie du livre/de l'action du livre seulement s'y passe, c'est acceptable. Je précise aussi qu'il n'est pas obligatoire que le nom de la capitale figure dans le titre.

 

    Quelques petites règles :

     - Pour vous inscrire à ce challenge, il suffit de poster un commentaire à cet article.

     - Pour me tenir au courant de vos lectures, postez également un commentaire ici, avec le lien de votre critique. Je pourrais ainsi mettre le lien que vous me donnerez au coeur de cet article.

      - Vous n'avez pas besoin de faire un article de présentation, juste de mettre le logo du challenge en fin d'article.

 

Voici le logo

barcelone

 

 

Quelques auteurs espagnols : Carlos Ruiz Zafon, José Carlos Somoza, Ildefonso Falcones, Lucia Extebarria, Almudena Grandes, Antonio Munos Molina, Eduardo Mendoza, Arturo Pérez-Reverte, Javier Cercas, Rosa Montero, Ignacio del Valle, Jorge Molist, Cervantès, Andrés Trapiello, Alicia Gimenez Bartlett

 

Quelques titres de roman se déroulant à Barcelone :

   - Barcelone noir, Adriana V. Lopez

   - Plusieurs titres de Mendoza : Sans nouvelles de Gurb, La ville des prodiges, etc

   - Frédérick Tristan, Les égarés

   - Mathias Enard, Rue des voleurs

   - Viriginie Despentes, Apocalypse bébé

   - Plusieurs titres d'Alicia Gimenez Bartlett : Un bateau plein de riz, Le jour des chiens, etc

   - Ildefonso Falcones, La cathédrale de la mer

 

Participants :

Céline

Itzamna    

 

Les lectures d'Itzamna : Marina de Carlos Ruiz Zafon

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Challenge Les capitales du monde
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 12:06

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

 Ciseaux, de Stéphane Michaka a été une très belle découverte

 

Ma lecture du moment

        L'arche de Noé, Khaled Al-Khamissi

 

Mes prochaines lectures

        Ce sera Le philosophe qui n'était pa sage de Luarent Gounelle

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:39

ciseaux -michakaRésumé

 

«Jour après jour, j'entends dire qu'on ne vit pas dans un monde de certitudes. Qu'il n'y a de certain que l'amour, tant qu'il dure, la famille, tant qu'elle se maintient, les amis quand ils sont de passage. Autant dire, tout cela n'est pas plus sûr que le reste. Alors quoi ? Est-ce qu'on doit se passer de certitudes ? Est-ce qu'on peut tenir longtemps, sans un ou deux cailloux dans le creux de la main ?

Je crois que dans mes nouvelles je n'ai jamais parlé d'autre chose.

Je m'appelle Raymond. Je suis écrivain.

Enfin, j'espère le devenir.»

Ravmond Carver, Maryann Burk-Carver, Gordon Lish et la poétesse Tess Gallagher qui attend son heure en coulisses... Ciseaux est leur roman. Stéphane Michaka, l'auteur de La Fille de Carnegie (Rivages Noir n° 700), s'empare du mythe et fait revivre, au-delà de la rivalité entre un écrivain et son éditeur, la passion amoureuse qui lie un homme et une femme déterminés à s'inventer un destin.

 

wpe106

wpe106

wpe106

wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Au jour d'aujourd'hui, ce livre est mon roman préféré de cette rentrée littéraire 2012. Stéphane nous plonge dans la vie de Raymond Carver, un écrivain que je ne connaissais pas à la base. C'est une courte critique, celles que l'on trouve dans les magasines publiés à la rentrée littéraires dans les grandes librairies, qui a attiré mon attention. C'est l'heureux hasard de le trouver chez un bouquiniste (Le rêve de l'escalier à Rouen) qui m'a permis de le lire.

    Le récit se fait de différents points de vue : celui de Raymond lui-même, de Marianne (sa femme), de Douglas (son éditeur, dit "ciseaux"), et enfin de Joanne (celle qui sera sa nouvelle femme). Le roman est d'autant plus riche. Ses différents points de vues sont prétextes à illustrer son rapport aux femmes, à l'alcool, à l'écriture et surtout avec son éditeur Douglas, dit "ciseaux".

    Ce que j'ai apprécié, c'est l'introduction de nouvelles au sein du roman, des nouvelles qui font écho à la vie de Raymond, puisque celui-ci s'en inspire directement. J'imagine que ces nouvelles sont celles de Raymond Carver (pas le personnage, mais le vrai), mais je n'en suis pas sûre (si vous le savez, éclairez-moi).

     Par ailleurs, j'ai trouvé chacun des personnages très attachants. L'auteur met en avant leurs fêlures : pour Raymond son principal et vieux démon est l'alcool dont il n'arrive pas à se débarasser enfin jusqu'à ce que ... mais je n'en dis pas plus, si ce n'est que cela impact son écriture. Pour Mariane, c'est l'abandon de ses rêves, de ses ambitions pour maintenir à flot les finances de la famille. Très vite mère et mariée, sa vie s'en est trouvé chamboulée. Douglas, un éditeur exigeant, qui découpe au ciseaux les textes qu'on lui soumet, ne semble vivre que par son travail (sa femme le quitte à cause de son travail). Sa relation avec Raymond va être souvent conflictuelle (Raymond a du mal à accepter l'amputation de ses textes), mais au fond Douglas ressentait une certaine amitié pour son auteur. Et enfin, le personnage de Joanne, poétesse qui attend son heure, d'abord maîtresse puis compagne de Raymond. Avec elle, il retrouve une certaine stabilité et arrête définitivement de boire. Je n'ai aps pu m'empêcher de ressentir de la pitié pour Marianne, cette femme qui a connu, encouragé le Raymond du début, celui qui n'était pas encore célèbre, et qui se retrouve rejeté en quelque sorte.

     Bref, l'histoire et l'écriture de Stéphane Michaka m'ont emportée. Un livre A LIRE, c'est certain.

 

 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Littérature française
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 09:24

beau parleur jesse kellerman deux terresRésumé

 

Tout va mal dans la vie de Joseph Geist. Il est fauché, sa thèse de philosophie patine depuis des lustres et sa petite amie vient de le mettre à la porte. Alors qu'il frôle le désespoir, une annonce dans un journal retient son attention : « Cherche quelqu'un pour heures de conversation ». Un boulot de rêve pour Joseph ! Parler, c'est ce qu'il fait le mieux et Alma Spielmann s'avère l'employeuse idéale : vieille dame raffinée, érudite et généreuse qui l'invite même à loger dans sa somptueuse demeure. Seule ombre au tableau, Eric, son neveu bien aimé, un jeune homme paumé, énigmatique et manipulateur que Joseph prend en grippe instantanément. Pourtant, il est loin de se douter des conséquences néfastes que les manigances d'Eric auront sur le restant de ses jours.

wpe106wpe106wpe106

 

 

 

 

 

Avis de lecture

 

    Tout d'abord je remercie les Editions des Deux terres pour m'avoir confié la lecture du nouveau roman de Jesse Kellerman. J'avais auparavant lu  Jusqu'à la folie, roman très plaisant mais dont la fin, à mon sens, n'avait pas fonctionné. Je me suis replongé avec plaisir dans ce roman dont le sujet me plaisait d'emblée. Joseph Geist, éternel étudiant en philosophie, travaille sur une thèse dont l'avancement piétine. Du jour où Yasmina, sa copine, le met à la porte, il est comme désespéré, d'autant que vivre chez son ami Drew ne lui convient pas forcément. C'est en répondant à une annonce pour le moins insolite (Cherche quelqu'un pour heures de conversation) qu'il va faire la connaissance d'Alma Spielmann.

      Ce roman, écrit à la première personne, est le récit de la vie de Joseph, de sa déchéance. L'auteur accorde 2 chapitres au passé de Joseph. Deux chapitres particulièrement intéressant parce qu'il nous révèle les fêlures du personnage. Après avoir planté le décor et ses personnages, nous voilà ramené au présent et à sa première rencontre avec Alma. Alma est une femme surprenante, vive d'esprit. L'intérêt pour la philosophie la lie tout de suite à Joseph. En effet, elle-même a rédigé une thèse, qui n'a jamais été publiée. Ce roman est très axé sur la philosophie et l'auteur s'est documenté. Pour ce qui est la teneur des conversations entre Alma et Joseph, elle est centrée sur le libre-arbitre notamment. Sans écrire ces dialogues philosophiques, l'auteur nous en dévoile la teneur dans les descriptions. Le petit plus ici est qu'il fait référence à des concepts qu'il définit, des thèses de philosophes qu'il cite.

      Assez vite, Joseph est invité à loger chez Alma. Leur proximité ne fait que s'accroitre. Si bien que l'arrivée d'un mystérieux neveu dont elle n'avait jamais parlé (Eric) sème le trouble dans l'esprit de Jospeh. Il se croit évinscé en les entendant rire aux éclats, il s'attend à être expulsé, mais il n'en sera rien. Lorsqu'il saisit la teneur de la relation entre Alma et Eric, Joseph le prend définitivement en grippe. Eric réclame régulièrement de l'argent à Alma. A partir de ce moment, je me suis dit, il va se passer un drame. Une menace latente est légèrement perceptible mais on ne sait pas d'où elle viendra. A ce moment on est à peu près au milieu du roman est le suspens ne se fait pas trop sentir. Avec l'arrivée d'Eric, la tranquillité, la quiétude du récit s'évapore, mais ne laisse pas place à un suspens à couper le souffle. L'auteur insinue les choses au fur et à mesure. Ainsi quand on apprend le décés d'Alma, que la question de l'héritage apparait et que Joseph empoche une bonne part de celui-ci. Il bascule alors dans une paranoïa, dans une sorte de folie. Il a par exemple l'impression d'être observé dans la maison. On se rend particulièrmeent compte p.210 à 216 lorsqu'il semble ivre (pas dans le sens où il est ivre d'avoir bu) à l'idée d'être propriétaire de cette maison. Sa soudaine fortune semble lui tourner la tête. Il n'arrête pas de répéter ma maison, ma ceci, mon cela. C'est plus une tension psychologique, un processus de basculement dans une folie meurtrière que décrit Jesse Kellerman ici et c'est réussi.

     C'est pour cela que j'insiste sur le fait que c'est un livre différent du précédent  Jusqu'à la folie, où je me rappelle avoir ressenti une tension, une menace plus palpable, plus directe. On était plus dans l'action alors qu'ici, le lecteur est plus spectateur. A un moment, la première personne est abandonné pour le deuxième du pluriel. Ainsi au lieu de dire : ce que je suis devenu en ces quelques instants me sidère, il dit "Ce que vous êtres devenu en ces quelques instants vous sidère". Il nous embarque avec lui dans cet enchaînement d'évènements, et l'effet sur le lecteur est réussi.

     Dernier point important aussi, c'est la thématique du libre-arbitre, abordé lors des conversations entre Alma et Joseph, est largement développée jusqu'à la fin du roman. En effet, au regard des actes commis par Joseph, une réflexion peut s'engager sur son libre-arbitre. Est-il l'initiateur du meurtre ou bien le meurtre découle-t-il d'une suite d'évènements l'y ayant mené ? Je vous laisse vous faire votre propre jugement à la lecture de ce roman...

 

 Du même auteur : 

68921231

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livre lu dans le cadre du 

critiquesABC2013  

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Policier et thriller
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:13

ROMAN

 

Bernard Werber, Troisième humanité, Albin Michel, sortie le 3 octobre

 

Laurent Gounelle, Le philosophe qui n'était pas sage, Plon/Kero, sortie le 4 octobre

 

Patrick Modiano, L'herbe des nuits, Gallimard, sortie le 4 octobre

 

Ken Follet, Le siècle, tome 2 L'hiver du monde, Robert Laffont, sortie le 11 octobre

Dans La Chute des géants, cinq familles – américaine, russe, allemande, anglaise et galloise – se sont croisées, aimées et déchirées au rythme de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe. À l’aube des grands bouleversements politiques, sociaux et économiques de la seconde moitié du XXe siècle, ce sont désormais leurs enfants qui ont rendez-vous avec l’Histoire. Pouvant se lire indépendamment du premier tome, L’Hiver du monde raconte la vie de ces êtres aux destins enchevêtrés pour qui l’accession au pouvoir du IIIe Reich changera le cours de leur vie pour le meilleur comme pour le pire. Passions contrariées, rivalités et intrigues, jeux de pouvoir, coups du sort… Entre saga historique et roman d’espionnage, histoire d’amour et lutte des classes, Le Siècle, l’épopée très documentée de Ken Follett en trois volumes, traverse la période la plus agitée, la plus violente et la plus complexe des temps modernes : la grande aventure du XXe siècle… 

 

E. L. James, Cinquante nuances de Grey, Lattès, sortie le 17 octobre

 

 

Polar, policier

 

Jesse Kellerman, Beau parleur, Presse de la cité, sortie le 3 octobre

Automne 1968. Holloman, ville moyenne du Connecticut, connaît une série de troubles sans précédent.Il y a d'abord cette étudiante qui vient porter plainte

après avoir été violée. Son agresseur ? Un homme nu au corps entièrement maquillé. Du coup, les langues se délient. Et les victimes du prédateur déferlent au commissariat...Puis il y a cette boutique d'art vandalisée, recouverte d'immondices par un inconnu.

Et enfin cette cache d'armes trouvée dans le lycée de la ville... Triple casse-tête pour le lieutenant Carmine Delmonico, d'autant qu'il ne peut compter sur l'intégralité de son effectif et que l'on vient de lui imposer une nouvelle recrue, Helen MacIntosh, belle et ambitieuse fille de l'influent président de l'université...A une époque où les techniques de la police scientifique n'existent pas encore, il lui faut s'armer de patience et de détermination.

 

Frank Thilliez, Atomka, Fleuve noir, sortie le 11 octobre

Lucie Henebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, Quai des Orfèvres, tentent de se remettre d'un drame qui a failli les séparer. Ils essaient de faire un enfant, en vain. Et à quelques jours de Noël, ce qui les attend est loin d’être l’annonce d’un heureux événement. À l’heure où tout le monde rentre se réchauffer, le froid, la mort et les souvenirs maudits guettent.

Une affaire d'envergure démarre alors. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un gros dossier dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier, détenue par un enfant errant, très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis par des coups de fil mystérieux à la police.

 Tandis que l'enquête s'accélère, Sharko est confronté à de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse, et semblant particulièrement lui en vouloir. Un duel secret et cruel s'engage alors, détruisant le flic à petit feu.

 

Donna Léon, Les joyaux du paradis, Calmann-Lévy, sortie le 3 octobre

Une enquête magistrale menée dans la Venise actuelle sur des secrets d’État, religieux et artistiques vieux de quatre cents ans, mêlant brillamment fiction et réalité. Caterina Pellegrini, musicologue au chômage, accepte à contrecœur un poste de documentaliste au sein d’une Fondation à Venise. Contre toute attente, la place n’est pas de tout repos. Deux cousins se disputent l’héritage d’un lointain ancêtre dont la succession serait tranchée par de vieux documents auxquels seule Caterina a accès. Le fameux ancêtre, compositeur baroque et diplomate, remplissait des missions cruciales auprès des cours allemandes pour le Saint-Siège. Mais c’est sa musique qui le rendit immortelle. À mesure que Caterina se passionne pour la biographie de cet homme, elle soulève un mystère : le musicien espion aurait-il trempé dans la plus grave affaire de meurtre de son temps ? Et que trame au juste maître Moretti, élégante avocate, qui travaille pour ses deux descendants ?

 

 

Science-fiction/fantasy

 

Robin Hobb, La cité des anciens, tome 6, Les pillards, Pygmalion, sortie le 3 octobre

Les rumeurs empoisonnent le royaume des Isles.

Au sein de l'empire de Kesh la Grande, les espions isliens disparaissent les uns après les autres. Les informations se font rares et peu dignes de foi. Mais une chose est certaine : des forces obscures sont une fois de plus à l'oeuvre

Alors que les hommes de l’Ouest ont répondu à l’appel aux armes du roi des Isles, Martin conDoin, à qui l’on a confié la protection du château de Crydee, se retrouve brusquement confronté à l’avant-garde d’une armée d’envahisseurs.

Pire encore, la dimension démoniaque se réveille à nouveau, menaçant la vie humaine sur Midkemia…


James Barclay, Les Elfes, tome 2, La révolte des Taigethens, Bargelonne, sortie le 26 octobre

 

Peter F. Hamilton, Trilogie du vide, tome 3, Vide en évolution, Milady, sortie le 26 octobre 

 

James Goss, Doctor Who, Les morts de l'hiver, Milady, sortie le 26 octobre

 

  

Manga

 

Thermae romae (tome 4), Mari Yamazaki, Sortie le 10 octobre

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Les sorties littéraires mois après mois
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 09:59

Parmi mes lectures de ces 15 derners jours

 Pour cette quinzaine, je n'ai eu le temps de lire qu'un seul livre, j'ai aimé mais ce ne fut pas un coup de coeur.

 

Ma lecture du moment

    Finalement je lirais Ciseaux, de S. Michaka après.

En ce moment je lis Beau parleur de Jesse Kellerman

 

Mes prochaines lectures

    Ce sera donc Ciseaux de Stéphane Michaka 

 

Repost 0
Published by aucafelitterairedeceline - dans Et vous, que lisez-vous ?
commenter cet article